Accéder au contenu principal
France / Santé et médecine

France: des implants mammaires retirés du marché par mesure de précaution

La France est le premier pays à interdire des implants mammaires soupçonnés de favoriser une forme rare de cancer.
La France est le premier pays à interdire des implants mammaires soupçonnés de favoriser une forme rare de cancer. Getty Images/Photodisc/Peter Zeray
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La France a interdit par mesure de précaution plusieurs modèles d’implants mammaires soupçonnés de favoriser une forme rare de cancer à cause du « danger rare, mais grave » qu’ils peuvent faire courir aux femmes qui les portent, a confirmé ce jeudi 4 avril l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Depuis 2011, sur les 500 000 femmes porteuses d’implants mammaires en France, on a recensé 56 cas.

Publicité

Pas moins de 70 000 femmes en France sont actuellement porteuses du type de prothèses mammaires qui vient d'être interdit. Cette interdiction concerne des implants bien particuliers dits macro-texturés, c'est-à-dire que leur enveloppe en silicone n'est pas lisse, mais rugueuse. Et ce n'est pas anodin.

« Plus l’enveloppe est texturée, plus elle s’accroche en fait au sein, explique Christelle Ratignier-Carbonneil, directrice adjointe de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Cela constitue un facteur de risque pour la survenue d’un type de cancer que l’on appelle le lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC) et donc notre objectif est de réduire l’exposition aux femmes porteuses d’implants mammaires, de réduire ce risque. C’est un risque qui est très rare, mais c’est un risque qui est grave. Le pronostic en effet de ce cancer est plutôt de bon pronostic s’il est dépisté tôt, mais il est important de pouvoir diminuer l’exposition aux risques. »

Alors que doivent faire les femmes qui portent actuellement  ce type de prothèses ?

« Si elles n’ont pas de signes, c’est-à-dire, si elles n’ont pas de douleurs, pas d’épanchement, pas d’augmentation de volume à distance notamment de la pose, c’est-à-dire possiblement même plusieurs années après la pause, il n’y a pas lieu de se faire retirer ces implants. Par contre, il est nécessaire d’avoir un suivi », ajoute Christelle Ratignier-Carbonneil.

Au total, 95 références vont être retirées du marché par l'Agence nationale de sécurité du médicament, elles proviennent de six fabricants différents.

La France est le premier pays à interdire des implants mammaires, mais ces produits sont également scrutés de près à l'étranger, avec des décisions attendues dans les prochaines semaines aux États-Unis et au Canada.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.