Accéder au contenu principal
Union européenne

Européennes 2019: Emmanuel Macron s'engage dans la campagne

Le président français Emmanuel Macron, le 17 mai 2019 à Biarritz, en compagnie du maire de la ville, Michel Veunac.
Le président français Emmanuel Macron, le 17 mai 2019 à Biarritz, en compagnie du maire de la ville, Michel Veunac. Iroz Gaizka/Pool via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Emmanuel Macron s'est rendu vendredi 17 mai 2019 à Biarritz, où va être organisé le G7 à la fin du mois d'août. Mais il ne s'est pas contenté de parler de l'organisation de ce sommet, il a aussi réaffirmé sa volonté de s'impliquer personnellement dans la campagne des européennes, et s'en est pris au parti Rassemblement national.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Biarritz,  Valérie Gaz

Son adversaire, c'est le Rassemblement national de Marine Le Pen. Emmanuel Macron l'a encore une fois réaffirmé à Biarritz vendredi. « Moi, je ne fais pas partie de ceux qui pensent que ce n’est pas grave. Ce Rassemblement national est, encore une fois, le grand gagnant de ces élections », regrette le président.

« Il y a cinq ans, il a été le grand gagnant, il ne faut pas l’oublier, rappelle M. Macron. Ils sont là, ce sont les sortants, qu’ont fait les sortants ? Ils ont voté contre tous les projets que la France a défendus en Europe, y compris pour nous protéger. »

Tête de sa liste, Renaissance, Nathalie Loiseau est au même moment à quelques encablures de Biarritz, en déplacement avec François Bayrou. Mais c'est bien Emmanuel Macron qui fait passer le message et tape sur le parti de Marine Le Pen : « Leur bilan est une catastrophe pour le pays et pour l’Europe. »

« Je continuerai de m’impliquer »

Le chef de l'État considère que c’est son « devoir », « de là où je suis » dit-il, « d’appeler nos concitoyens à regarder ce qu’a fait ce mouvement politique en Europe » et de conclure : « On a plus parlé de lui pour des affaires d’assistance que pour des réussites politiques. »

Emmanuel Macron ne se cache pas. Il est en campagne pour les Européennes. « Je continuerai de m’impliquer, promet-il, en faisant ainsi la pédagogie de ce qu’est l’Europe. J’aurai l’occasion, du coup, de me ré-exprimer, je ne sais pas encore sous quelle forme, durant les dix jours qui viennent. Mais je le ferai. »

Interview ? Participation à un meeting ? Tout est encore ouvert pour essayer de faire mentir d'ici le 26 mai les sondages, qui placent la liste Rassemblement national de Jordan Bardella en tête du scrutin.

Celui qui décide de tout pour l'extrême droite en Europe, c'est M. Salvini. Mme Le Pen est dans son sillage, à la traîne, derrière M. Salvini. Je trouve que dans ce cas-là, c'est un peu fort de café de s'appeler Rassemblement national quand on va toujours chercher ses instructions à l'étranger

Nathalie Loiseau évoque le meeting Le Pen-Salvini à Milan

► À écouter aussi : Les élections européennes, le combat du « chef »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.