France

Affaire Vincent Lambert: la justice ordonne la reprise de soins

La mère de Vincent Lambert, Viviane Lambert, a salué «une grande victoire».
La mère de Vincent Lambert, Viviane Lambert, a salué «une grande victoire». REUTERS/Benoit Tessier
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Alors que les soins de Vincent Lambert avaient été interrompus ce lundi matin, la cour d'appel de Paris a ordonné ce soir la reprise des traitements pour cet homme de 42 ans, tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans.

Publicité

Dans sa décision, la cour d'appel de Paris « ordonne à l'Etat français (...) de prendre toutes mesures aux fins de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées le 3 mai 2019 tendant au maintien de l'alimentation et l'hydratation » de Vincent Lambert.

Le CDPH, comité de l'ONU, avait demandé à la France de surseoir à l'arrêt des traitements dans l'attente d'un examen du dossier sur le fond. Alors que la France martelait que la suspension de l'arrêt des traitements préconisée par le CDPH « est dépourvue de caractère contraignant », la cour d'appel a jugé qu' « indépendamment du caractère obligatoire ou contraignant de la mesure de suspension demandée par le Comité, l'Etat français s'est engagé à respecter ce pacte international ».

Cette décision intervient alors que l'arrêt des soins de Vincent Lambert avait commencé ce lundi matin. Validée fin avril par le Conseil d'Etat, l'interruption des soins prévoyait l'arrêt des machines à hydrater et alimenter, une sédation « contrôlée, profonde et continue », ainsi qu'une prise d'analgésiques « par précaution ».

Dans la manifestation parisienne qui a réuni plusieurs centaines de personnes réclamant « la vie pour Vincent », une énorme clameur a retenti lorsque l'un des avocats de ses parents a annoncé leur victoire à la foule. « On était en train d'éliminer Vincent ! C'est une très grande victoire ! Ils vont le réalimenter et lui redonner à boire. Pour une fois, je suis fière de la justice », a réagi sa mère, Viviane Lambert, auprès de l'Agence France-Presse.

C'est une très grande joie pour la famille qui voit s'éloigner le spectre de la mort de leur fils et frère, mais c'est surtout une grande joie pour toutes les personnes qui ont au fond du cœur ce sentiment de la nécessité de respecter les droits fondamentaux des personnes.

Me Jean Paillot, l'avocat des parents de Vincent Lambert

Le neveu de Vincent Lambert, François, favorable au contraire à l'arrêt des traitements, a dénoncé « du sadisme pur ». « Vincent Lambert est devenu un enjeu politique, ce n'est plus un être humain. Il n'y a plus d'humain là-dedans », a-t-il ajouté en évoquant un pourvoi devant la Cour de cassation après l'arrêt de la cour d'appel.

Cela fait plus de dix ans que Vincent Lambert est en état végétatif, suite à un accident de la route en 2008. Et depuis six ans, sa famille se déchire devant les tribunaux. D'un côté, ses parents ainsi qu'un frère et une soeur, farouchement opposés à l'arrêt des soins. De l'autre, son épouse Rachel, six frères et soeurs et son neveu, qui dénoncent un acharnement thérapeutique.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail