Accéder au contenu principal
France

Canicule en France: la «vigilance rouge» levée

Un touriste se rafraîchit dans une fontaine sur l'esplanade du Trocadéro, à côté de la Tour Eiffel.
Un touriste se rafraîchit dans une fontaine sur l'esplanade du Trocadéro, à côté de la Tour Eiffel. REUTERS/Philippe Wojazer
Texte par : RFI Suivre
4 mn

La « vigilance rouge » à la canicule a été levée ce samedi matin. Alors que l'Europe est accablée par une vague de chaleur exceptionnellement précoce, la barre des 45°C a été dépassée pour la première fois en France vendredi 28 juin dans le Gard dans le sud du pays. Voici les raisons de cette canicule et ça commence par un vent très chaud venu du Sahara.

Publicité

Pour la première fois depuis le début des relevés météo au XIXe siècle, Météo France a enregistré vendredi 45,9°C dans le Gard, l'un des quatre départements du sud de la France que l'institut météorologique avait placée en « vigilance canicule rouge », l'alerte maximale. Ce nouveau record a pulvérisé les 44,1°C enregistrés en août 2003 dans le même département. Selon Météo-France, cette chaleur est comparable à celle « que l'on atteint lors d'une journée d'août normale dans la Vallée de la Mort » en Californie.

Air saharien et effet de foehn

« Pour le midi de la France, on a non seulement cet air saharien qui n’arrive pas rafraîchi par la Méditerranée comme ça arrive de temps en temps, mais qui arrive par l’Espagne et qui arrive par le Sud-Ouest, donc réchauffé sur tout le continent et la péninsule ibérique », explique Roland Mazurie, responsable du centre Météo France de Montpellier et Nîmes.

« C’est un air extrêmement chaud qui arrive. En plus aujourd’hui, le pic se produit parce qu’on n’a pas de brise de mer qui a tendance à rafraîchir nos départements qui sont baignés par la Méditerranée. Mais, au contraire, du vent de terre, du mistral sur le Gard, sur le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, qui ramène un air chaud qui, sous le vent du Massif central, fait office d’effet de foehn. » L’effet de foehn, c’est « un vent qui passe au-dessus de la montagne et qui redescend sur les plaines du Gard et de l’Hérault, et qui est réchauffé ainsi doublement ». Le vent et l’effet de foehn, c'est donc la double peine.

La « vigilance rouge » levée

Météo-France a levé samedi 29 juin, au matin la « vigilance rouge » dans les quatre départements du sud où elle l'avait instaurée. La « vigilance orange » concerne par contre 80 départements, contre 75 la veille. Les très fortes chaleurs venues du Sahara remontent vers la moitié nord de la France, et la région de Paris connaîtra son jour le plus torride de la semaine avec 36 à 38 degrés au maximum de la journée, prévoit Météo-France, qui annonce « une journée très chaude sur une large bande centrale » du pays. L'institut attend localement 40°C dans l'arrière-pays méditerranéen. « Sur le reste du pays, les températures atteindront 35 à 39 degrés sur la plupart des régions », selon Météo-France.

La canicule met aussi les voies ferrées à rude épreuve et le risque de déformation des rails oblige la compagnie ferroviaire SNCF à ralentir de nombreux trains. Le réseau « est soumis à des sollicitations tout à fait exceptionnelles », et si on peut éviter de se déplacer en train, « il faut le faire », a déclaré la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

► À lire aussi : La canicule s'abat sur la France

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.