Accéder au contenu principal
France

France: Castaner demande un rapport sur l’évacuation violente du pont de Sully

Les CRS évacuent les militants écologistes alors qu'ils bloquaient un pont lors d'une manifestation pour exhorter les dirigeants mondiaux à agir pour le climat, à Paris, le 28 juin 2019.
Les CRS évacuent les militants écologistes alors qu'ils bloquaient un pont lors d'une manifestation pour exhorter les dirigeants mondiaux à agir pour le climat, à Paris, le 28 juin 2019. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En France, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a demandé un rapport au préfet de police de Paris sur « les modalités » de l'évacuation controversée, vendredi 28 juin à Paris, d'une manifestation écologiste au cours de laquelle des militants ont été aspergés de gaz lacrymogène.

Publicité

La scène a été filmée. On y voit de jeunes  militants écologistes qui participent pacifiquement à un sit-in sur le pont de Sully à Paris. Il est organisé  par le groupe Extinction Rébellion, un mouvement qui prône la désobéissance civile non violente contre « l'inaction climatique ».

Au fil des images, les forces de l'ordre demandent aux manifestants de quitter les lieux, mais ils refusent. C'est alors que les policiers aspergent de gaz lacrymogène les militants. Les CRS sont debout et bombe à la main, ils pulvérisent longuement le gaz  lacrymogène à proximité des visages.

La vidéo a fait le tour des réseaux et a suscité un vif émoi. Le réalisateur et militant écologiste Cyril Dion qui a filmé la scène dénonce la disproportion de la réponse policière.

Réaction indignée également dans l'opposition, à l’exemple du Premier secrétaire du PS, Olivier Faure qui a écrit sur twitter : « Ces violences ne se passent pas dans une dictature. Elles se passent en France ».

La préfecture de police justifie l'action des CRS qui devait débloquer le passage du pont.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.