France

Les habitants de Saint-Ouen aident les expulsés du campement latino-américain

Le camp compte près de 150 personnes venant de Colombie, de Cuba, du Pérou, de Bolivie ou encore de République Dominicaine.
Le camp compte près de 150 personnes venant de Colombie, de Cuba, du Pérou, de Bolivie ou encore de République Dominicaine. AFP Photos/Bertrand Guay

Depuis un mois à Saint-Ouen en banlieue Nord de Paris, près de 150 personnes sont à la rue. Parmi elles, il y a majoritairement des Colombiens mais aussi des Cubains, des Péruviens, des Boliviens ou des Dominicains. Dans une situation précaire, ces familles peuvent compter sur les habitants de Saint-Ouen pour les aider.

Publicité

Certains sont réfugiés politiques, tandis que d'autres sont sans papiers. Expulsés d’un bâtiment qu’ils occupaient illégalement, ils ont installés des tentes au pied de la Mairie de Saint-Ouen. Dans leur quotidien précaire et leur lutte pour retrouver un logement et scolariser les enfants. Ils peuvent compter sur le soutien des citoyens de Saint-Ouen.

Il faut convaincre les mamans de scolariser les enfants et que ça n’amènera pas de contrainte à leurs démarches. Il faut que l’État trouve une solution pour ces enfants âgés entre 6 à 16 ans, dans la période de la scolarité obligatoire. C’est une obligation d’État de s’occuper de ces enfants.

[Reportage] Les habitants de Saint-Ouen aident les expulsés du campement latino-américain

►À lire aussi : France : le Conseil constitutionnel valide le fichier des mineurs migrants isolés

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail