Accéder au contenu principal
France / Emmanuel Macron

France: la mise en examen de Richard Ferrand fragilise Emmanuel Macron

Emmanuel Macron, à côté de Richard Ferrand (2e à gauche) aux Assises des maires de Bretagne, le 3 avril 2019.
Emmanuel Macron, à côté de Richard Ferrand (2e à gauche) aux Assises des maires de Bretagne, le 3 avril 2019. Damien MEYER / POOL / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après sa mise en examen dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, le président de l'Assemblée nationale est de nouveau fragilisé, et avec lui Emmanuel Macron. Même si le chef de l'État lui a réaffirmé toute sa confiance.

Publicité

Richard Ferrand, ce n'est pas n'importe qui pour Emmanuel Macron. C'est l'un des hommes politiques les plus proches du président de la République, l'un de ses premiers soutiens. C'est l'un de ceux qu'il écoute. C'est aussi quelqu'un qui est apprécié de son épouse Brigitte.

La mobilisation des ténors de la Macronie dès l'annonce de la mise en examen du président de l'Assemblée nationale est d'ailleurs révélatrice de ce lien. Même si du côté de l'Élysée, on se défend de le protéger parce que c'est un proche du chef de l'État, qu'on invoque la présomption d'innocence et la double légitimité d'un homme élu député par les Français et président de l'Assemblée par ses pairs en connaissance de cause.

L'argumentaire a été visiblement préparé pour répondre à la question : celle de la capacité de Richard Ferrand à conserver sa fonction.

► À lire aussi : France: mis en examen, Richard Ferrand peut-il rester à la tête de l’Assemblée?

Reste que cette situation est politiquement délicate pour un président qui avait fait de la moralisation de la vie politique une promesse de campagne. Et surtout pour un président qui essaie de remettre son quinquennat sur de bons rails en regagnant la confiance des Français.

Protéger Richard Ferrand, si la pression de l'opinion devenait plus forte, pourrait donc contrarier les efforts d'Emmanuel Macron pour améliorer son image.

À écouter aussi : Mise en examen de Richard Ferrand: «la moralisation de la vie politique dévore ses propres enfants»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.