Accéder au contenu principal
France

«Gilets jaunes», climat, retraites, vers un samedi noir à Paris

Manifestation de «gilets jaunes» à Paris, le 8 décembre 2018.
Manifestation de «gilets jaunes» à Paris, le 8 décembre 2018. REUTERS/Benoit Tessier/File Photo
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Avec l'acte 45 des « gilets jaunes » faut-il s'attendre à samedi mouvementé ?  Si la participation lors des derniers mois était faible, le rassemblement de ce samedi est intitulé : « 21 septembre, mobilisation historique ». Deux autres manifestations sont également prévues ce samedi dans la capitale : l’une pour le climat et l’autre contre la réforme des retraites. Les forces de l’ordre craignent des débordements.

Publicité

Les voyants sont au rouge dans la capitale. Journées du patrimoine, marche pour le climat, manifestation contre la réforme des retraites, et donc le retour annoncé des « gilets jaunes ».

Ils prédisent un rebond, un nouveau souffle et anticipent une participation d'ampleur comme en décembre dernier où ils étaient alors plusieurs milliers dans les rues de Paris. Pour Jérôme Rodrigues, l'une des figures du mouvement blessé à l'œil en janvier, « ce sera une manifestation révélatrice car beaucoup de gens vont monter à Paris ».

« Affirmer que la crise des « gilets jaunes » serait derrière nous apparaîtrait bien présomptueux », reconnaissait d'ailleurs la ministre de la Cohésion des Territoires, Jacqueline Gourault, jeudi dans la presse.

L'action des « gilets jaunes » conjuguée aux manifestations pour le climat vont ainsi perturber les Journées du patrimoine prévues ce week-end.

Certains sites, notamment ceux des institutions, seront fermés. C'est le cas du ministère de l'Éducation nationale ou de la préfecture de police. L'Elysée sera en revanche ouvert, une occasion pour les manifestants ultra-radicaux qui appellent en effet à « envahir et à casser les palais de la République ».

L’Élysée accessible sur inscription

La présidence a cependant pris les devants, le lieu ne sera accessible qu'après inscription sur internet.

Les portes de Matignon resteront également ouvertes. « Édouard Philippe ne veut pas priver les Français de ce moment républicain », selon l'un de ses proches conseillers. « Ça devrait bouger un peu », s'inquiète la même source, craignant des violences des black block.

De manière plus générale, dans les rues, le ministère de l'Intérieur, ouvert seulement deux petites heures dans la matinée, a prévu un dispositif renforcé comparable à celui mis en œuvre en décembre dernier au plus fort des violences qui avaient surgi dans le sillage du mouvement des « gilets jaunes ».

Des précautions qui s'expliquent également par la crainte des autorités de voir toutes ces manifestations converger en un seul rassemblement.

Emmanuel Macron a souhaité vendredi que les manifestations prévues samedi, au même moment que les Journées du patrimoine, se déroulent « dans le calme ». « C'est bien que les gens s'expriment (...) il faut que cela puisse se faire dans le calme. J'appelle chacun à ce que cela puisse se faire en bonne intelligence, en concorde et dans le calme pour que nos plus jeunes et nos moins jeunes puissent visiter les bâtiments, en profiter », a commenté le président de la République en marge d'une visite, en Seine-et-Marne, de la maison de la peintre Rosa Bonheur à l'occasion des Journées du patrimoine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.