Accéder au contenu principal
Santé publique / Antilles

Chlordécone: la commission d'enquête parlementaire entend les ministres

Pollution des sols par la chlordécone aux Antilles.
Pollution des sols par la chlordécone aux Antilles. CIRAD
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La commission d'enquête parlementaire sur la pollution au chlordécone, un pesticide dangereux utilisé en France jusqu’en 1992, a commencé ses auditions des ministres. Quatre ministres seront entendus jusqu’au 17 octobre, dont Frédérique Vidal, ministre de la Recherche, et Agnès Buzyn, ministre de la Santé qui a reconnu devant les députés la responsabilité de l’Etat français dans la contamination au chlordécone.

Publicité

Pour Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, la recherche sur le chlordécone doit être maintenant une priorité stratégique ; et il est nécessaire de répertorier les maladies professionnelles dues au chlordécone, afin de pouvoir indemniser les malades. Déjà en 2018, en dépalcement aux Antilles, le président Macron avait reconnu la contamination au chlordécone comme maladie professionnelle. « L'Etat doit prendre sa part de responsabilité dans cette pollution et doit avancer dans le chemin de la réparation », avait déclaré le chef de l'Etat.

Le chlordécone est un pesticide destiné à tuer le charançon du bananier. Suite à l’incendie d’une usine de fabrication et à la pollution qui a suivi, la toxicité du chlordécone a été démontrée, entraînant sont interdiction aux Etats Unis à partir de 1976. Mais on était en pleine « guerre économique de la banane », et les planteurs antillais ont continué à l’utiliser jusqu’en 1993, par dérogation de l’Etat français.

À écouter aussi : Le chlordécone, le pesticide qui empoisonne les Antilles

Un perturbateur endocrinien

Or, en 2018, une étude de Santé publique France a démontré que plus de 90% des Antillais sont contaminés au chlordécone (95 % des Guadeloupéens et 92 % des Martiniquais). On soupçonne le pesticide, un perturbateur endocrinien, d’être à l’origine du taux le plus élevé au monde de cancers de la prostate, cancer dont souffrent les hommes de Guadeloupe et de Martinique.

Dans ces départements, 70% des terres sont contaminées durablement, car le chlordécone peut mettre jusqu’à 700 ans pour disparaître. La commisison d'enquête parlementaire s'est rendue sur le terrain interroger les élus et les habitants ce qui a permis de faire remonter les informations comme la présence possible de stocks enfouis de ce pesticide sur les terrains construits.

Les ministres de l’agriculture et des Outre-mers répondront aux questions de la commission dans les prochains jours).

Autour de Gourbeyre et Saint-Claude (sud de la Guadeloupe), cette région agricole est la plus polluée au chlordécone.
Autour de Gourbeyre et Saint-Claude (sud de la Guadeloupe), cette région agricole est la plus polluée au chlordécone. RFI/Agnès Rougier

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.