Accéder au contenu principal
France

Retraites: le ton monte entre le syndicat CGT et le gouvernement français

Le secrétaire d'État français aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari.
Le secrétaire d'État français aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari. Philippe LOPEZ / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alors que la circulation des transports est toujours très perturbée après 25 jours de grève, le secrétaire général du syndicat Philippe Martinez et le secrétaire d’État aux transports Jean-Baptiste Djebbari ont eu des mots très durs l'un envers l'autre.

Publicité

Entre le gouvernement et la CGT, c'était le dialogue de sourds. Mais en deux interviews dans Le JDD (ici et ), la guerre semble déclarée. Philippe Martinez reproche à l'exécutif d'organiser « le bordel » pendant les vacances de Noël, c'est le terme qu'il emploie. Le patron du syndicat accable le gouvernement qui, d'après lui, joue « le pourrissement » pour « jeter le discrédit sur les grévistes ».

Jean-Baptiste Djebbari, lui, accuse la CGT de pratiquer un syndicalisme « d'opposition systématique à toute réforme », « un syndicalisme de blocage », et parfois « d'intimidation ». Le secrétaire d’État aux transports évoque la pression que subiraient, selon lui, les cheminots qui ne veulent pas se joindre au mouvement. Une pression « inacceptable », précise-t-il.

Au 25e jour de grève, chacun durcit donc ses positions ! Après ces échanges d'amabilités, les négociations entre l'exécutif et les partenaires sociaux vont reprendre le 7 janvier, dans une atmosphère tendue. À moins que d'ici là, Emmanuel Macron trouve les mots pour ramener le calme. Il doit s'exprimer mardi, à l'occasion des vœux présidentiels pour la nouvelle année. Une allocution très attendue.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.