Accéder au contenu principal

Coronavirus en France: le télétravail massivement encouragé

A partir du  lundi 16 mars en France, les entreprises devront engager une opération massive du télétravail. (Photo d'illustration)
A partir du lundi 16 mars en France, les entreprises devront engager une opération massive du télétravail. (Photo d'illustration) GettyImages.
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Avec un doublement des cas en 72 heures, et désormais 4 500 personnes contaminées dont plus de 300 cas graves en réanimation, la France a atteint le stade 3 de l'épidémie, qui correspond à une circulation active du coronavirus sur l'ensemble du territoire.

Publicité

Dès lundi 16 mars, les entreprises françaises devront engager une opération massive du télétravail tandis que crèches et établissements scolaires et universitaires fermeront, même si une dérogation est prévue pour les structures accueillant moins de dix enfants et pour les assistantes maternelles qui le peuvent. Une exception est faite pour les enfants du personnel soignant qui seront accueillis lundi par des enseignants dans les écoles - qui resteront fermées jusqu'aux vacances de Pâques.

Les parents d'enfants de moins de 16 ans qui ne peuvent pas recourir au télétravail ont droit automatiquement à un arrêt maladie, sur demande de l'employeur : l'État prendra en charge intégralement le chômage partiel demandé par les entreprises pénalisées.

Les entreprises qui proposent des logiciels pour le télétravail connaissent une recrudescence de leur activité ces derniers jours, à l'instar de Klaxoon, une firme française qui aide les entreprises à collaborer à distance.

Depuis quelques semaines, on a deux fois plus de demandes que d'habitude. A l'échelle de la semaine dernière, 5000 équipes sont venues nous contacter et qui souhaitent s'équiper immédiatement.

Coronavirus en France: Matthieu Beucher, PDG de Klaxoon, entreprise qui propose des solutions de télétravail aux entreprises

Par ailleurs, les transports continueront à fonctionner même si la RATP et la SNCF se préparent à une offre réduite la semaine prochaine, car certains employés, comme des millions de leurs compatriotes, devront rester chez eux pour garder leurs enfants.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.