Accéder au contenu principal

Maltraitance infantile: inquiétudes en période de confinement

80% des violences contre les enfants sont commises au sein des familles.
80% des violences contre les enfants sont commises au sein des familles. GettyImages
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Avec le confinement, tous les acteurs de la protection de l’enfance s’inquiètent d’une recrudescence des violences. Le secrétaire d’État à la protection de l’enfance a appelé la semaine dernière à la vigilance et à la mobilisation collective.

Publicité

En France, 80% des violences contre les enfants sont commises au sein des familles. Un huis clos glaçant est en train de se jouer pour des centaines d’enfants, explique Yves Crespin, avocat pour l’association Enfant Bleu. « Les violences risquent de se retrouver exacerbées, d’autant qu’il peut y avoir encore plus de situations d’énervement dont les enfants peuvent être les victimes », explique-t-il.

Signaler toute situation anormale

Les violences dans les foyers d’accueil inquiètent aussi Lyes Louffok, ancien enfant placé et éducateur spécialisé. « Évidemment, la violence dans les institutions va elle aussi s’accentuer de façon assez massive car les professionnels qui travaillent déjà en sous-effectif, sans masque, sans gel, sans gants, sans aucunes protections, vont s’épuiser très rapidement et cela va avoir un impact sur l’accompagnement des enfants », déclare-t-il.

Violence physique, sexuelle ou psychologique : il faut signaler toute situation anormale,répète Yves Crespin. « Si ce ne sont pas les éducateurs, les enseignantes car il n’y a pas d’école en ce moment, ce sont les voisins qui peuvent alerter, poursuit-il. Les membres de la famille doivent dénoncer, c’est une infraction de ne pas dénoncer ». Un numéro de téléphone est disponible, le 119, mais aussi la police et les plateformes des associations.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.