Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'inquiétude des étudiants étrangers bloqués en France

En France, les étudiants étrangers sont bloqués à cause du coronavirus,confinement oblige. (photo d'illustration)
En France, les étudiants étrangers sont bloqués à cause du coronavirus,confinement oblige. (photo d'illustration) Sameer Al-DOUMY / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Depuis une semaine, la France vit sous cloche. Et une question se pose pour les résidents étrangers du pays : faut-il rentrer à la maison ou rester pour se protéger ? C'est un véritable casse-tête, notamment pour 300 000 étudiants étrangers qui fréquentent les bancs des facs françaises.

Publicité

Confiné en France, mais loin de leur famille. Cette situation est vécue par de nombreux étudiants à travers le pays depuis bientôt une semaine. Ce quotidien s'avère compliqué lorsque l'on se trouve dans une résidence du Crous.

« Parmi les étudiants qui sont ici, il y a beaucoup d'étudiants internationaux qui n'ont pas la possibilité de rejoindre leur famille. Cette pression qui est là de ne pas pouvoir se parler, se rencontrer entre voisins, pour le moment on arrive à tenir le coup. Mais les prochains jours risquent d'être difficiles parce que ça va s'intensifier », raconte Jean-Christophe un étudiant togolais en sociologie à l'université de Poitiers.

Il se montre inquiet quant aux revenus qui vont manquer à certains étudiants. Et notamment pour payer leur loyer. « Je pense à certains d'entre nous qui ont des jobs étudiants au niveau des agences d'intérim et qui ne peuvent plus aller au travail. Heureusement que le Crous a suspendu le loyer pour le mois d'avril. Mais après ? C'est pas gagné d'avance », conclut-il.

Rester en France

Pour Meizhi Liang étudiante à Sciences Po Lille, un retour en terre natale n'est pas envisageable. « J'ai consulté les prix des billets d'avion pour rentrer en Chine mais c'est trop cher, il faut payer presque 2 000 euros. De plus à l'aéroport ou même dans l'avion, j'aurais peut-être le risque d'être contaminée. Ici, à Lille, j'ai loué un studio, je suis toute seule et je pense que je me sens plus en sécurité si je reste ici », explique-t-elle.

« Pour l'instant, je vais finir mon mémoire en France, j'ai des cours en ligne. Si je rentre en Chine, je devrai respecter une quarantaine. C'est aussi pour cette raison que je ne veux pas rentrer pour le moment », conclut Meizhi Liang.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.