Accéder au contenu principal

Coronavirus: la France placée officiellement en état d'urgence sanitaire

Une photographie prise le 22 mars 2020 à Paris montre la rue de Rivoli vide le sixième jour d'un confinement strict à l'échelle nationale visant à stopper la propagation du Covid-19.
Une photographie prise le 22 mars 2020 à Paris montre la rue de Rivoli vide le sixième jour d'un confinement strict à l'échelle nationale visant à stopper la propagation du Covid-19. FRANCK FIFE / AFP

Ce mardi 24 mars, la France est officiellement pour deux mois en état d'urgence sanitaire, un régime qui encadre le confinement et d'autres mesures restrictives des libertés, du fait de la publication au « Journal officiel » d'une loi dédiée alors que la liste des victimes du coronavirus ne cesse de s'allonger.

Publicité

Le Parlement a adopté dimanche ce texte « d'urgence pour faire face à l'épidémie de Covid-19 », à l'issue de quatre jours de travaux intensifs en comité restreint, écrit l'AFP. Il prévoit ce nouveau régime d'« état d'urgence sanitaire », sur le modèle de l'état d'urgence prévu par une loi de 1955, et activé après les attentats de 2015.

« Pouvoir colossal »

Plusieurs parlementaires de droite comme de gauche ont critiqué des restrictions « larges » des libertés et un « pouvoir colossal » accordé au gouvernement, face au coronavirus qui a tué au moins 860 personnes en France. Le nouveau régime d'exception prévoit des mesures limitant la liberté d'aller et venir, de réunion et d'entreprendre.

La violation des règles de confinement est punie d'une amende de 135 euros, 1 500 euros en cas de récidive « dans les 15 jours » et dans le cas de « quatre violations dans les trente jours », le délit est « puni de 3 700 euros d'amende et six mois de prison au maximum ».

Deux mois

Spécifiquement pour l'épidémie en cours de coronavirus, l'état d'urgence sanitaire est déclaré pour une durée de deux mois dès l'entrée en vigueur de la loi. Sa prorogation au-delà ne pourra être autorisée que par une nouvelle loi. Et il peut y être mis fin avant les deux mois par décret en Conseil des ministres.

L'Assemblée nationale et le Sénat seront informés « sans délai » des mesures prises pendant l'état d'urgence.Emmanuel Macron a imposé que les déplacements des Français soient « fortement réduits pour 15 jours au moins » afin de « limiter au maximum les contacts » et lutter contre l'expansion du coronavirus.

860 morts depuis le début de l’épidémie

Un terrible total de 186 morts en 24 heures. C’est le chiffre le plus important depuis l’entrée du virus sur le sol français. Le nombre de personnes hospitalisées. Le nombre de patients en réanimation, tout augmente. Parmi les endroits les plus touchés : une maison de retraite dans les Vosges dans l’est du pays. 20 résidents de cet établissement d’un petit village sont décédés après avoir été contaminé par le coronavirus.

Et puis le personnel soignant est en première ligne, on le signale depuis le début de la pandémie. Cinq médecins sont morts ces dernières 48 heures. Un retraité qui était venu prêter main forte dans un hôpital de l’Oise. Et quatre autres qui travaillaient dans l’est du pays. Ils avaient tous entre 60 et 70 ans. Le Premier ministre l’a confirmé. « Le temps normal n’est pas pour demain. Le confinement pourrait durer encore plusieurs semaines ». C’est-à-dire plus longtemps que prévu.

A lire aussi: France, l'exécutif annonce un léger durcissement des mesures de confinement

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.