Accéder au contenu principal
REPORTAGE

France: à Paris, les restaurateurs comptent sur la vente à emporter pour limiter la casse

Une femme portant un masque de protection marche rue Mouffetard, le 2 mai 2020. à Paris.
Une femme portant un masque de protection marche rue Mouffetard, le 2 mai 2020. à Paris. Alain JOCARD / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alors que le déconfinement se poursuit en France, les commerçants attendent impatiemment la date du 2 juin, où les bars et restaurants situés en zone verte pourraient ouvrir de nouveau. À Paris, en pleine zone rouge, la réouverture semble lointaine. Les commerçants tentent de s’adapter en optant pour la vente à emporter.

Publicité

Des chanteurs, des enfants, et des files d’attentes devant les commerce. À Paris, la rue Mouffetard semble revivre. Profitant de ce nouveau souffle, certains restaurateurs essaient tant bien que mal de redémarrer une activité.

C’est le cas de Sam, gérant du restaurant syrien de la rue, que sa situation financière a forcé à reprendre le travail. « Je ne sais pas comment je vais payer trois mois de loyer. » La vente à emporter, explique-t-il, peut permettre d’améliorer « un peu » la situation, « mais pas beaucoup ».

En temps normal, il touche entre 300 et 800 euros par jour. « Là, c’est catastrophique, soupire-t-il. 100 euros, maximum. »

Un choix de reconversion encore minoritaire

Un peu plus haut dans la rue, le restaurant italien a dû faire migrer sa cuisine plus au Nord pour s’adapter. « Je me suis reconverti à (la vente à) emporter. Avant, on ne faisait que des pâtes. On s’est reconvertis avec des gaufres et des frites. On n’a pas le choix, il faut bien que la machine tourne. »

Faire tourner la machine, voilà ce qui a motivé Serge, un client, pour s’arrêter devant cette friterie italienne. « C’est important de les soutenir, très clairement. Il faut absolument le faire, c’est fondamental. Fondamental pour tout le monde. »

Seule une minorité de restaurants de la rue Mouffetard ont décidé d’ouvrir en vente à emporter. Un choix qui semble autant motivé par la volonté de limiter les pertes que de renouer avec la vie sociale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.