Accéder au contenu principal

Politique française: les interlocuteurs inattendus d'Emmanuel Macron

Le président français Emmanuel Macron (notre photo d'illustration) n’hésite pas à consulter des personnalités estampillées «populistes».
Le président français Emmanuel Macron (notre photo d'illustration) n’hésite pas à consulter des personnalités estampillées «populistes». Ludovic MARIN / POOL / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 min

Emmanuel Macron multiplie ces derniers jours les coups de téléphone à des personnalités cataloguées « populistes ». Et notamment l’humoriste Jean-Marie Bigard qui plaide de manière virulente pour la réouverture des bars et des cafés et dont les messages sur les réseaux sociaux sont très suivis. L’organisation du déconfinement pousse le président à consulter tous azimuts des interlocuteurs inattendus pour prendre la température.

Publicité

Jean-Marie Bigard s’est vanté d’avoir eu Emmanuel Macron au téléphone. Avec son ton et son vocabulaire plus qu’imagé, l’humoriste s’est exprimé sur BFM TV : « Toutes les phrases que j’ai dites, il les a approuvé parce que c’est ce que le peuple ressent, et comme il a un petit peu de mal à s’adresser directement au peuple, il s’adresse à moi puisqu’il sait que la première vidéo que j’ai faite au président a fait huit millions de vues. »

Étonnement et mise au point

Le choix de Bigard, représentant autoproclamé du peuple, comme interlocuteur, cela a suscité de l’étonnement et une mise au point de la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye : « Je m’étonne que certains commentateurs s’esbaudissent du fait que le président de la République puisse avoir des échanges avec untel ou untel comme s'il y avait des gens avec qui il était légitime de parler et des gens avec qui ça ne l’était pas. »

Retrouver la confiance des Français

Une manière d’assumer. À la recherche de la martingale pour retrouver la confiance des Français, le président n’hésite pas à consulter des personnalités estampillées « populistes ». Il a appelé Eric Zemmour quand celui-ci a été agressé, Il s’est entretenu avec Philippe de Villiers à propos de la réouverture du parc du Puy du Fou. Il est allé voir à Marseille, Didier Raoult, icone des « gilets jaunes ». De là à imaginer qu’Emmanuel Macron cherche ainsi à casser son image de président des riches en envoyant des signaux à la France d’en bas, il n’y a qu’un pas.

À lire aussi: Dans l'Aisne, Emmanuel Macron dans les pas du général de Gaulle

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.