Accéder au contenu principal

France: la Fête de la musique s'adapte à la pandémie de Covid-19

Performance artistique à l'Institut du monde arabe à Paris, le 21 juin 2020.
Performance artistique à l'Institut du monde arabe à Paris, le 21 juin 2020. ABDULMONAM EASSA / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Marquée par la crise sanitaire due au coronavirus et la mort de Steve Maia Caniço l’année dernière, la Fête de la musique, organisée partout en France, prend cette année une allure particulière.

Publicité

Cette année, la Fête de la musique en France ne ressemblera à aucune autre. Bouleversé par la crise liée au Covid-19, ce 21 juin 2020, censé être un jour de rassemblement et de fête de rue, aura un tout autre visage.

Jack Lang, le créateur de la Fête de la musique, a dédié l'édition 2020 à Steve Caniço, cet animateur périscolaire de 24 ans mort à Nantes lors d’une opération policière controversée l’année dernière, alors que l'actualité est marquée par une mobilisation contre les violences policières. « La mort de cet amoureux de la musique [...] endeuille à jamais la Fête de la musique. Steve est dans mon cœur », a notamment indiqué l'ancien ministre de la Culture.

En plus de cet anniversaire funeste, la pandémie mondiale de Covid-19 rend impossible les rassemblements, donc les concerts, de plus de 10 personnes sur la voie publique. Concerts mobiles, scène flottante, migration sur le numérique ou célébration aux balcons… Les artistes et les Français doivent donc faire preuve d’imagination.

Concerts itinérants, devant un public réduit ou en ligne

La Philharmonie de Paris, par exemple, organise le premier récital avec public depuis la mi-mars dans la grande salle Pierre Boulez, d’une capacité de 2 400 personnes, avec la pianiste Khatia Buniatishvili devant un public réduit à 800 personnes.

Mais dans la majorité de la France, c’est l’idée de concerts mobiles ou en ligne qui a davantage séduit. Ainsi, Jean-Michel Jarre a annoncé qu'il allait jouer en direct dimanche 21 juin « en avatar, comme dans Matrix », dans un univers virtuel où il pourra être rejoint « par les avatars des spectateurs en immersion totale », une première mondiale.

De son côté, le festival Les Francofolies, annulé comme l'écrasante majorité des grands festivals d'été, mettra en ligne une programmation musicale.

Et dans d’autres villes comme La Rochelle, Pau, Nancy ou encore Metz, des véhicules ont été réquisitionnés pour sillonner les villes en musique, permettant ainsi aux habitants de célébrer cette journée depuis leur domicile.

Conséquences du confinement, le monde du spectacle vivant a été durement touché par la pandémie et s'estime être le « grand perdant » de la crise. Ce n’est malheureusement pas avec la Fête de la musique, ni dans les prochains jours, qu’ils pourront retrouver une situation normale. Malgré la réouverture des salles, autorisée à partir de lundi 22 juin en Ile-de-France, les mesures de distanciation sociale demeurent, avec notamment la séparation des spectateurs par un siège s'ils n'appartiennent pas au même groupe.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.