Accéder au contenu principal

Grégory Doucet, l'inconnu qui a détrôné Gérard Collomb à Lyon

L'écologiste Grégory Doucet a battu Yann Cucherat, le poulain du maire sortant Gérard Collomb à Lyon, dimanche 28 juin.
L'écologiste Grégory Doucet a battu Yann Cucherat, le poulain du maire sortant Gérard Collomb à Lyon, dimanche 28 juin. JEFF PACHOUD / AFP

Inconnu du grand public, le nouveau maire de la troisième ville de France, est l’un des visages de la vague verte qui a déferlé dimanche aux municipales. Après cette victoire retentissante, il veut faire de Lyon une « référence » de la transformation écologique dans le monde.

Publicité

De nos envoyés spéciaux à Lyon,

À peine élu et déjà Grégory Doucet veut servir d’exemple à suivre. À 46 ans, il incarne cette génération d’écologistes ambitieux et pressés qui ne veulent plus que les Verts servent de supplétifs à gauche et qui assument de revendiquer le pouvoir.

Homme neuf contre vieux baron

Son profil colle à celui de son temps : une école de commerce à Rouen, des expériences dans l’humanitaire en Asie, avant de piloter les opérations d’Handicap International en Afrique de l’Ouest. Grégory Doucet ne milite chez les Verts que depuis treize ans.

Méthodique et sérieux, il a fait part de ses ambitions assez tard et beaucoup de Lyonnaises et Lyonnais n’ont appris son nom que dimanche soir. Mais le fait d’être un inconnu, jamais élu et de n’être installé à Lyon que depuis une décennie ne l’ont pas desservi, au contraire. Il a suscité un engouement pour un homme neuf face à un Gérard Collomb affaibli et empêtré dans une alliance perdante avec la droite.

Une alliance verte-rose-rouge gagnante

Grégory Doucet a lui rassemblé son camp avant de se tourner, après ses 28,5% du premier tour, du côté des socialistes et « insoumis ». Vilipendé par Gérard Collomb qui a agité la menace d’un écroulement de l’économie lyonnaise et de l’arrivée au pouvoir d’« éléments radicaux », cette alliance verte-rose-rouge s’est révélé la bonne. Elle l’emporte même dans le 9e arrondissement de Lyon, le fief du maire sortant.

Un plan de relance vert, la relocalisation de la filière agricole, la végétalisation de la ville, la fin du diesel, plus de pistes cyclables et de bus, mais aussi « la protection de tous les êtres vivants »... Voilà les grandes priorités de Grégory Doucet, qui a tenté de rassurer les acteurs du monde économiques, inquiets : « L'écologie n'est pas l'ennemie de l'économie ; c'est sa meilleure alliée », a-t-il lancé dimanche soir, tout en ne cachant pas son ambition d’« adapter Lyon au changement climatique ». Gregory Doucet promet de ne rien faire « contre » les Lyonnais.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.