Accéder au contenu principal

Éric Dupond-Moretti, la principale surprise du nouveau gouvernement français

En plus de 35 ans de carrière, Éric Dupond-Moretti a arraché quelque 150 acquittements.
En plus de 35 ans de carrière, Éric Dupond-Moretti a arraché quelque 150 acquittements. GERARD JULIEN / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Nicole Belloubet cède sa fonction de garde des Sceaux à l’avocat Éric Dupond-Moretti. C’est la principale surprise de ce nouveau gouvernement : Éric Dupond-Moretti est l’un des plus grands ténors actuels du barreau.

Publicité

En plus de 35 ans de carrière, Éric Dupond-Moretti a arraché quelque 150 acquittements : pénaliste hors norme, celui qui dit avoir embrassé le métier d’avocat par détestation de la peine de mort, a notamment plaidé dans nombres d’affaires médiatiques, en faveur par exemple du footballeur Karim Benzema, du frère de Mohamed Merah ou encore de Jérôme Cahuzac et Patrick Balkany.

Récemment, il avait eu une passe d’armes avec Jean-Luc Mélenchon, alors qu’il défendait les policiers dans l’affaire de la perquisition de la France insoumise. En parallèle de sa carrière, l’avocat de 59 ans, connu pour sa verve percutante, se fait parfois comédien, écrivain ou s’implique en politique, comme lorsqu’il soutient Martine Aubry aux municipales de 2008 puis à la primaire socialiste trois ans plus tard. Le nouveau garde des Sceaux prend ses fonctions dans un contexte délicat pour une justice dont l’indépendance est mise à mal, comme l’a illustré la récente polémique sur le fonctionnement du Parquet national financier.

Éric Dupond-Moretti sera sans doute très attendu sur cette question, lui qui a eu fin juin des propos virulents contre certains magistrats de ce parquet, après avoir appris que son téléphone avait été ciblé dans l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy. « On est chez les dingues », s'était-il exclamé, évoquant une « minorité de juges qui dérapent » et mettant en garde contre une « république des juges » dangereuse pour la démocratie.

Pour Sandra Regol, secrétaire générale adjointe du parti Europe Écologie-Les Verts (EELV), sa nomination pose question : « J’ai entendu les magistrats s’interroger sur sa nomination, j’ai entendu les féministes s'étonner notamment à cause de ses positions sur la libération de la parole des femmes. C’est un personnage controversé alors que l’on a besoin d’apaisement. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.