Accéder au contenu principal

Barbara Pompili, une ex-Verte devenue LaREM, propulsée à la Transition écologique

Barbara Pompili dans les studios de RFI, le 20 octobre 2017.
Barbara Pompili dans les studios de RFI, le 20 octobre 2017. RFI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au lendemain des élections municipales qui ont vu la victoire des Verts dans les grandes villes françaises, au moment où Emmanuel Macron annonce un « tournant vert », post-crise des « gilets jaunes » et crise sanitaire, le Premier ministre a nommé Barbara Pompili, députée d'un département du Nord, ministre de la Transition écologique. Qui est Barbara Pompili ?

Publicité

Barbara Pompili a débuté chez les Verts en 2000. En 2012, elle est élue députée Europe Écologie-Les Verts (EELV) de la 2e circonscription de la Somme. En 2015, Barbara Pompili, qui représente plutôt l’aile droite du parti, s’oppose aux accords électoraux avec le Front de gauche et quitte les Verts pour le Parti écologiste. Puis, pendant le mandat de François Hollande, en 2016, elle est nommée secrétaire d’État chargée de la biodiversité.

Barbara Pompili soutient la candidature d’Emmanuel Macron à la présidence et, en 2017, elle rejoint La République en marche.

La nouvelle ministre devrait avoir du travail, car le président de la République s’est engagé, devant les citoyens de la convention pour le climat, à mettre rapidement en œuvre 146 mesures sur les 149 qu’ils proposent pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Une partie des propositions devrait être prise en compte dans le plan de relance, d’ici fin juillet, les autres pouvant faire l’objet d’un projet de loi spécifique à présenter dans les mois à venir.

Mais malgré ces signaux, Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d'Europe Écologie-Les Verts reste sceptique face l'action qu'elle pourra avoir au gouvernement : « C’est une écologiste de valeur, à défaut d’être EELV. Mais comme ses prédécesseurs, elle va devoir évoluer dans un gouvernement qui donne des signaux écologistes mais qui n’agit pas ».

Jusqu’ici, les arbitrages du chef de l’État ont effectivement peu favorisé l’écologie, mais peut-être le ministère de Barbara Pompili aura-t-il plus de chance.

À lire aussi : Municipales en France: une vague écologiste, une abstention record et un revers pour LREM

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.