Accéder au contenu principal

Castaner part sans regrets de l'Intérieur, Darmanin rassure la police

Passation de pouvoir au ministère de l'Intérieur entre Christophe Castaner (à dr.) et Gérald Darmanin (à g.), le 7 juillet 2020.
Passation de pouvoir au ministère de l'Intérieur entre Christophe Castaner (à dr.) et Gérald Darmanin (à g.), le 7 juillet 2020. REUTERS/Gonzalo Fuentes
Texte par : Julien Chavanne
2 mn

Les nouveaux ministres du gouvernement Castex ont pris leurs fonctions ces dernières heures ce mardi. Au ministère de l'Intérieur, Gérald Darmanin a pris la place de Christophe Castaner.

Publicité

Un ministre de droite remplace un marcheur de la première heure. C’est une passation de pouvoir très symbolique dans la cour du ministère. Christophe Castaner, contesté par une partie des policiers part sans regret.

« Je les ai défendus à chaque instant, je ne le regrette pas. J’ai parlé avec franchise aussi de déontologie, d’exigence, je ne le regrette pas non plus », assure-t-il.

Crise sanitaire, gilets jaunes, manifestations contre le racisme et les violences policières, Christophe Castaner était trop fragilisé pour rester. Son successeur, Gérald Darmanin, s’inscrit pourtant dans ses pas.

« Monsieur le ministre de l’Intérieur, cher Christophe, vous avez tenu bon, le hasard ne vous a pas épargné, tu es un exemple et je serai heureux de pouvoir continuer à bénéficier de tes conseils », a dit le nouveau ministre de l’Intérieur.

Des militantes féministes rassemblées non loin du ministère

La place Beauvau, Gérald Darmanin en rêvait depuis longtemps. Le nouveau premier flic de France a voulu rassurer très vite ses troupes.

« Que les forces de l’ordre soient assurées de mon soutien total, qu’ils ne doutent jamais du fait que je serai toujours le premier d’entre eux, que je défendrai tout ce qui peut être défendu, je soutiendrai tout ce qui peut être soutenu », a-t-il poursuivi.

Gérald Darmanin n’a peut-être pas entendu la vingtaine de militantes féministes rassemblées à quelques mètres du ministère. Aux cris de « Darmanin violeur », elles ont réclamé la démission du ministre visé par une plainte pour viol.

►À lire aussi : France: la droite entre en force au gouvernement 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.