Accéder au contenu principal

Signature des accords du «Ségur de la santé», Castex salue un moment «historique»

Le nouveau Premier ministre Jean Castex lors de la signature des accords du «Ségur de la santé», le lundi 13 juillet 2020.
Le nouveau Premier ministre Jean Castex lors de la signature des accords du «Ségur de la santé», le lundi 13 juillet 2020. Thomas SAMSON / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C'est le terme de sept semaines de concertations entamées fin mai et censées permettre de « refonder » le système de soins français. Il s'agissait aussi de répondre aux attentes du monde hospitalier, en souffrance depuis de nombreuses années et durement éprouvé ces derniers mois par la crise sanitaire. Deux protocoles d'accords, qui ont reçu un soutien syndical majoritaire, ont été signés officiellement ce lundi 13 juillet.

Publicité

« Personne ne doit douter qu'il s'agit d'un moment historique pour notre système de santé », a déclaré Jean Castex à l'issue d'une cérémonie de signature des accords avec les syndicats ayant validé les protocoles d'accord, organisée à Matignon.

Ces accords, conclus après sept semaines de négociation, profiteront à « tous les personnels hospitaliers », « quelle que soit leur catégorie, quel que soit l'établissement ou le service dans lequel ils travaillent », a ajouté le nouveau Premier ministre.

Hausse de salaire

Le premier protocole a été validé ce vendredi par trois syndicats. Il concerne l'ensemble des personnels paramédicaux (infirmiers, aides-soignants...) et non médicaux comme les agents techniques et administratifs. Vingt mesures sont prévues, dont une hausse de salaire de 183 euros net par mois, en deux temps, pour l'ensemble des « personnels des établissements hospitaliers et des Ehpad [établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, ndlr] ».

L'enveloppe, d'un montant total de 7,5 milliards d'euros, inclut également une « révision » des grilles de salaires pour certains métiers comme les infirmiers et manipulateurs radio, qui recevront en moyenne 35 euros net mensuels en plus. Des recrutements sont mentionnés, mais non chiffrés.

Première à l'approuver, la CFDT a salué un « accord historique ». La CGT et SUD qui restent réservés, appellent, eux, à une « journée d'action » le 14 juillet.

Prime en hausse pour les praticiens

C'est ensuite samedi qu'une majorité syndicale s'est dégagée en faveur du second accord, destiné aux médecins hospitaliers. Une hausse de 450 millions d'euros de leurs rémunérations est prévue, notamment via une augmentation de la prime versée aux praticiens qui s'engagent à ne travailler que dans les hôpitaux publics, sans dépassement d'honoraires.

Insuffisant, pour les syndicats Jeunes médecins et APH, qui regrettent que le gouvernement ait refusé de consacrer les 180 millions d'euros qu'ils réclamaient pour les gardes, manquant ainsi « aux attentes des professionnels de terrain ». Une position partagée par l'Association des médecins urgentistes de France. Le syndicat déplore que « la montagne » du Ségur ait accouché « d'une souris ».

(Avec AFP)

À écouter : Ségur de la santé: quelles mesures pour l'Hôpital, après la crise sanitaire ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.