Accéder au contenu principal

Coronavirus en France: vigilance maximale et tests obligatoires dans les aéroports

Des tests gratuits pour le Covid-19 sont organisés à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle, le 24 juillet 2020.
Des tests gratuits pour le Covid-19 sont organisés à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle, le 24 juillet 2020. Thomas SAMSON / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Alors que le nombre de cas positifs au coronavirus est en augmentation pour la troisième semaine consécutive, la France renforce les contrôles des personnes en provenance de 16 pays. Des tests seront imposés aux voyageurs à leur arrivée à l'aéroport, et cela pourra déboucher sur une « quatorzaine » pour les passagers positifs.

Publicité

La vigilance pour les voyageurs venant des pays où la circulation du Covid-19 est rapide comme le Brésil, les États-Unis ou la Turquie est particulièrement forte. Les aéroports français inquiètent car ils sont considérés comme « des passoires à Covid » par certains. Le gouvernement a donc voulu marquer le coup.

Des tests sont désormais obligatoires pour les voyageurs provenant des 16 pays considérés comme étant à risque. Ils auront la possibilité de se faire tester à leur arrivée en France sauf s’ils viennent des États-Unis, des Émirats arabes unis, de Bahreïn ou du Panama. Ces quatre pays ont la capacité de faire des tests au départ, selon le premier ministre Jean Castex. En revanche, sans test au départ les voyageurs pourraient se voir refuser l’accès à l’avion.

3 000 dépistages par jour à Roissy-Charles de Gaulle

Pour que ce dispositif fonctionne les dépistages dans les aéroports français seront donc généralisés. Les aéroports qui accueillent des voyageurs internationaux devront être prêts « au plus tard » en août. À Roissy-Charles de Gaulle, il faudra réaliser 3 000 dépistages par jour.

Un « dispositif plus fort que ceux des pays voisins », a précisé Jean Castex. Mais un dispositif indispensable selon lui car le virus circule de nouveau dans l’hexagone où les contaminations augmentent depuis maintenant trois semaines.

« C’est très important que cette mesure soit appliquée dès maintenant »

Si la mesure est saluée, certains estiment qu’elle aurait dû être mise en place plus tôt. « C’est quelque chose qu’il fallait faire peut-être dès le début car nous savions que nous aurions des cas importés suite au déconfinement. Un certain nombre de pays n’ont pas la possibilité de faire des tests de façon très importante au départ de leurs ressortissants donc c’est très important que cette mesure soit appliquée dès maintenant », explique François Blanchecotte, président national du syndicat des biologistes, au micro d'Alexis Bedu.

À leur arrivée, les voyageurs sont dans l’obligation de se faire tester. Et si les résultats, qui doivent arriver « dans les 24 heures », sont positifs, une quatorzaine est prévue ainsi qu’un dépistage de tous les cas contacts. En revanche, « si la personne à l’aéroport refuse de se faire tester elle est mise tout de suite en quatorzaine », précise le biologiste.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.