Accéder au contenu principal

Notre-Dame de Paris: la restauration de l'orgue débute ce lundi

Le grand orgue est photographié lors des travaux préliminaires de la cathédrale Notre-Dame de Paris, trois mois après un incendie majeur le 17 juillet 2019 à Paris.
Le grand orgue est photographié lors des travaux préliminaires de la cathédrale Notre-Dame de Paris, trois mois après un incendie majeur le 17 juillet 2019 à Paris. STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP

Seize mois après l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, la rénovation de l'orgue débute ce lundi 3 août. Un chantier titanesque qui va s'étaler jusqu'en 2024. L'instrument n'a pourtant pas souffert des flammes, mais il a subi un choc thermique et a été encrassé par de la poussière de plomb.

Publicité

La restauration de l’orgue, c’est un chantier dans le chantier. Cela signifie d'abord le démontage de l'instrument, soit 8 000 tuyaux auxquels s’ajoutent ces centaines de pièces de métal et de bois. L’orgue est toujours à sa place, sous la rosace du côté ouest de l'édifice. Ces tuyaux seront ensuite nettoyés un par un, rénovés par des facteurs d’orgues et remontés dans la cathédrale. L’objectif est que l’orgue puisse à nouveau résonner le 16 avril 2024, soit cinq ans jour pour jour après l’incendie, selon le souhait du présent français Emmanuel Macron.

Vincent Dubois n'est pas étonné par ces délais. Il est l'un des organistes titulaires de la cathédrale Notre-Dame et souligne qu’en 1991, la dernière restauration de l’orgue avait déjà pris trois ans. Cette fois, évidemment, la tâche est plus importante. Au-delà de la poussière, le métal a connu des variations de température inédites, l’édifice étant maintenu à température constante, habituellement. À la chaleur des flammes du 16 avril 2019, s’est ajouté un épisode de canicule trois mois plus tard.

Une harmonie exceptionnelle

En attendant, Vincent Dubois donne des récitals et accompagne des messes dans d'autres églises parisiennes, notamment à Saint-Germain-l’Auxerrois, à côté du Louvre, où les rendez-vous liturgiques de Notre-Dame ont été transférés le temps des travaux. Mais rien ne remplacera la qualité de l'orgue de la cathédrale. « C’est un instrument qui a un lyrisme extraordinaire, explique le musicien. Plus vous allez vers les aigus, plus le son va être ample et rond. C’est un son qui est extrêmement chaleureux sur l’ensemble des 120 timbres que compte l’instrument. Et si vous ajoutez à ces ingrédients l’acoustique du lieu, cela vous fait un résultat sonore complètement hors norme, qui n'existe nulle part ailleurs et qui fait que l’instrument est aussi réputé. »

Pour retrouver ces qualités extraordinaires, des facteurs d’orgues passeront plus de six mois à l’accordage et l’harmonisation de l’instrument, une fois qu’il aura été remonté, pièce par pièce, sous la rosace de la cathédrale.

► À lire aussi : Notre-Dame de Paris sera finalement rebâtie à l'identique

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.