Accéder au contenu principal

Coronavirus: la situation en France va «dans le mauvais sens», dit Jean Castex

Le Premier ministre français Jean Castex déclare que la situation de l'épidémie de coronavirus en France «va dans le mauvais sens». Il met en garde contre le risque d'une reprise de l'épidémie difficile à maîtriser.
Le Premier ministre français Jean Castex déclare que la situation de l'épidémie de coronavirus en France «va dans le mauvais sens». Il met en garde contre le risque d'une reprise de l'épidémie difficile à maîtriser. AFP Photo/Bertrand Guay
Texte par : RFI Suivre
6 mn

La situation liée à l'épidémie de coronavirus en France évolue « dans le mauvais sens », a déclaré mardi le Premier ministre, Jean Castex, lors d'un déplacement au CHU de Montpellier (sud de la France). Il a également détaillé de nouvelles mesures visant à empêcher une reprise de l'épidémie difficile à maîtriser, alors que près de 5 000 nouveaux cas de contamination ont été enregistrés entre vendredi et lundi.

Publicité

« Depuis deux semaines environ, la situation épidémiologique, que nous surveillons de très près, évolue en effet dans le mauvais sens », a dit le chef du gouvernement lors d'une visite au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Montpellier, dans l’Hérault.

Près de 5 000 nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été enregistrés entre vendredi et lundi selon les chiffres de Santé publique France. La Direction générale de la santé estime que la circulation du virus s'intensifie, notamment chez les jeunes.

À lire : Covid-19 en France: près de 5 000 nouveaux cas en trois jours

« Un risque élevé de reprise épidémique » 

« Je le dis aujourd'hui avec une forme de gravité: si nous ne réagissons pas collectivement, nous nous exposons à un risque élevé de reprise épidémique qui sera difficile à contrôler », a dit Jean Castex quelques heures après un conseil de défense sur le sujet, convoqué par le président de la République.

« Elle mettra à nouveau sous tension l'ensemble de la chaîne de santé, de la médecine de ville aux services hospitaliers. Elle mettra aussi sous tension notre économie, notre système éducatif, notre vie collective et culturelle. »

« Nous l'avons déjà subi, tout le monde s'en souvient, a rappelé Jean Castex. Personne, personne ne souhaite le vivre à nouveau. »

Le Premier ministre appelle également à « réagir individuellement et collectivement » et « vigoureusement ». 

L'obligation du port du masque et l'interdiction des évènements de plus de 5000 personnes 

Afin de prévenir une telle évolution, le gouvernement a donc demandé aux préfets et aux élus locaux d'« étendre le plus possible l'obligation du port du masque dans les espaces publics », a-t-il expliqué. « Nous allons également intensifier nos actions dans la vingtaine des plus grandes métropoles nationales, où se concentrent des populations nombreuses et des grands rassemblements. »

Plusieurs communes ont déjà imposé depuis plusieurs jours le port du masque dans certaines de leurs rues, dont Paris et Marseille.

À lire : Coronavirus: Paris et sa région rendent le masque obligatoire dans certaines zones

Le gouvernement a déjà décidé de prolonger jusqu'au 30 octobre l'interdiction des événements rassemblant plus de 5 000 personnes, tout en maintenant la possibilité de dérogations. Les préfets auront la « possibilité d'y déroger avec la vérification du strict respect des consignes sanitaires », a-t-il ajouté en rappelant qu'« on ne peut pas tout attendre des collectivités publiques, chacun exerce une part de responsabilité ».

Policiers et pompiers arpentent le secteur pour des rappels à l'ordre...

Reportage: des contrôles sur le vieux-port à Marseille

Éviter un reconfinement important 

Jean Castex a par ailleurs annoncé un renforcement des contrôles « sur le respect de l'ensemble des règles destinées à prévenir la propagation du virus: respect des gestes barrières, du port du masque », notamment dans les restaurants, ou « des obligations de déclaration des rassemblements de plus de 10 personnes ».

Le Premier ministre entend également renforcer la politique de dépistage en améliorant l'accès aux tests pour les personnes présentant des symptômes de la maladie, via des circuits dédiés, afin de disposer de résultats rapides.

« Il nous faudra également renforcer les mesures visant à assurer l'effectivité de ce qu'on appelle la quatorzaine ou l'isolement », a poursuivi Jean Castex. « Éviter par-dessus tout un retour en arrière, un reconfinement important, c'est indispensable et c'est à notre portée », a martelé le Premier ministre, en appelant à être « lucide » et « pour certains, se ressaisir ». 

Le nombre de personnes diagnostiquées positives au Covid-19 a augmenté de 785 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures. En tout, 10 800 nouveaux cas ont été enregistrés en une semaine.

À écouter : France: les laboratoires engorgés par les demandes de tests de dépistage du Covid-19

(Avec Reuters et AFP

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.