Accéder au contenu principal

Conditions de vie des migrants en France: des associations de Calais saisissent l'ONU

Des policiers français autour de migrants interpellés près des côtes de Calais par la gendarmerie maritime alors qu'il tentait de traverser la Manche, le 9 avril 2020.
Des policiers français autour de migrants interpellés près des côtes de Calais par la gendarmerie maritime alors qu'il tentait de traverser la Manche, le 9 avril 2020. BERNARD BARRON / AFP
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Treize associations d'aide aux migrants de Calais ont saisi ce vendredi 14 août la Défenseure des droits, autorité administrative indépendante chargée de défendre les droits des citoyens en France ainsi que sept rapporteurs spéciaux des Nations unies relatifs aux droits humains pour les alerter sur les conditions de vie « inhumaines » des personnes migrantes dans cette région française.

Publicité

« Cette démarche a été faite parce que la situation des exilés à Calais s'est considérablement dégradée, explique François Guennoc bénévole et vice-président de l'Auberge des Migrants au micro de Sylvie Koffi, du service France de RFI. Notamment à la suite de plusieurs expulsions sur la zone industrielle des Dunes, où il y avait à peu près un millier d'exilés il y a quelques semaines. Ce qui a abouti à une dispersion des personnes dans Calais ou autour. Elles ont donc de grosses difficultés pour accéder aux services qui avaient été mis en place par l'État : l'eau, les douches et les toilettes. Et on a tenu aussi à souligner une situation alimentaire extrement dégradée. »

F. Guennoc (Auberge des Migrants): «la situation des exilés à Calais s'est considérablement dégradée ces dernières semaines»

Ces treize associations, dont aussi Médecins du Monde et le Secours catholique demandent « à ce que les décisions du Conseil d'État qui avaient été prises en septembre 2018 et qui avaient obliger l'État à mettre en place un certain nombre de services aux migrants... l'accès à l'eau, à des douches et aux toilettes. Ces dispositifs permettent effectivement aux gens de survivre dans des conditions humaines, acceptables, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui », dénonce François Guennoc.

Si les conditions dans lesquelles vivent les personnes exilées sont « indignes depuis longtemps », force est de constater que « depuis la fin de l'état d'urgence sanitaire » en France et « la nomination de Gérald Darmanin à la tête du ministère de l'Intérieur », la situation des personnes migrantes à Calais « n'a fait que se détériorer », sleon le communiqué des treize associations.

856 migrants interpellés en 2020 après avoir tenté de traverser la Manche

La ville de Calais est un point de passage privilégié des migrants pour sa proximité des côtes britanniques. Aujourd'hui, ce sont pour l'essentiel des Iraniens, des Irakiens, des Afghans, des Soudanais et des Érythréens. À la recherche d'une vie meilleure et fuyant des troubles dans leur pays, ils se regroupent à Calais pour tenter de rejoindre clandestinement l'Angleterre dans des traversées périlleuses sur des embarcations de fortune ou à la nage.

Les tentatives de traversées se sont multipliées récemment, profitant notamment de conditions météorologiques favorables. Depuis le 1er janvier, au moins 856 migrants ont été interceptés par les autorités françaises après avoir tenté de traverser la Manche, selon un décompte de l'AFP.

En 2017, le Défenseur des droits Jacques Toubon s'était déjà inquiété d'atteintes aux droits « d'une exceptionnelle et inédite gravité » à Calais, où les pouvoirs publics français empêchent toute réinstallation de campement.

À écouter : Manche: Londres préoccupé par l'afflux de bateaux de migrants venus de France

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.