Accéder au contenu principal

France: les nouvelles règles sanitaires de la rentrée

Nettoyage de la cour de récréation dans une école du Cannet, dans les Alpes-Maritimes, le 28 août.
Nettoyage de la cour de récréation dans une école du Cannet, dans les Alpes-Maritimes, le 28 août. REUTERS/Eric Gaillard

Pour beaucoup de Français, ce lundi sonne la fin des vacances, avec la reprise du travail pour les adultes et la préparation de la rentrée pour les élèves, qui aura lieu ce mardi. Pour tous, de nouvelles règles sanitaires sont à respecter pour éviter une recrudescence de cas de Covid-19 dans un pays où la courbe ne cesse de se redresser depuis le déconfinement.

Publicité

Le ministère du Travail a mis à jour le protocole sanitaire national qui avait été instauré pour les entreprises après le confinement. Ces nouvelles mesures entreront officiellement en vigueur ce mardi 1e septembre. Comme les précédentes, elles ne feront pas l’objet d’un décret. Aucune entreprise n'est obligée de les appliquer, mais le gouvernement compte sur l'obligation faites aux entreprises de protéger leurs employés.

Le port du masque devient obligatoire dans les espaces de travail clos et partagés ; bureaux, open spaces, vestiaires, salles de réunion et évidemment parties communes. L'installation de cloisons en Plexiglas ne peut le remplacer. Pour les travailleurs qui exercent en extérieur, il ne sera imposé qu’en cas d’impossibilité de respecter la distanciation physique d’un mètre entre deux personnes.

Certains salariés seront tout de même dispensés de l'usage du masque: ceux qui pratiquent des métiers physiques comme sur les chantiers de construction et dans les garages. Les employeurs devront alors être très vigilants à l'aération des lieux. Le gouvernement prévoit d'ailleurs de lister ces métiers avec les syndicats.

Quand on rentre dans cette espace de co-working, difficile de louper les rappels des gestes à respecter...

Reportage dans une entreprise

Le télétravail recommandé

Selon les autorités de santé françaises, un foyer de contamination sur cinq est enregistré en entreprise. Pour limiter les risques, le télétravail est « recommandé » et non plus « privilégié » comme avant les congés d’été. Le travail à distance est surtout conseillé dans les zones de circulation actives du virus, les zones rouges. Un moyen d’éviter de trop nombreux contacts au sein des entreprises, mais aussi une forte affluence dans les transports en commun. Sur ce point, le gouvernement compte encourager les entreprises à espacer les heures d'arrivée de leurs employés pour lisser les fameuses heures de pointe dans les bus, métros et tramways.

Les syndicats souhaitent maintenant que le recours au télétravail, qui tend à s'installer et se généraliser en France, soit mieux encadré. Ils ont rendez-vous mercredi après-midi avec les organisations patronales.

Enfin ce protocole sanitaire en entreprise est assez strict sur la désinfection des locaux, ainsi que l'aération et le contrôle des systèmes de ventilation.

La rentrée scolaire « aussi normale que possible »

Ce mardi, ce sera au tour des enfants de reprendre le chemin du travail. Contrairement à la période qui a suivi le confinement, le nombre d’élèves par classe ne sera plus limité. Ce sont près de 12 millions et demi de jeunes qui vont donc retrouver leurs professeurs. La distanciation physique sera donc tout simplement impossible.

Le port du masque sera imposé à partir du collège pour les élèves, en classe comme en récréation. Les équipes dirigeantes tenteront donc d'étaler les moments de pause, pour éviter un trop grand brassage en extérieur.

Je pense que ça va être très compliqué, qu'on va très souvent baisser le masque...

Jéniéva, lycéenne, réagit sur la contrainte de porter un masque en classe.

Chez les enseignants, en revanche, le masque est obligatoire pour tous, quel que soit le niveau. À leur demande, certains instituteurs et institutrices pourraient être équipés de masques transparents, notamment dans les classes d'apprentissage de la lecture comme le CP. Mais aussi dans les classes comptant des enfants malentendants et dont le français n'est pas la langue maternelle.

L’État ayant refusé de prendre en charge le coût des masques, certaines collectivités ont décidé de s'en procurer pour les distribuer gratuitement à leurs élèves. Le casse-tête risque d'avoir lieu à l'heure du déjeuner. Les établissements sont invités à étaler le passage des enfants à la cantine. Mais il ne pourra pas se faire sur plusieurs heures.

On n'a pas vu surgir des clusters chez les plus petits, chez les moins de dix ans...

Professeur Loïc de Pontual, chef du service de pédiatrie et des urgences pédiatriques de l'hôpital Jean Verdier à Bobigny, en Seine-Saint-Denis.

Les inquiétudes du corps enseignant

Ce lundi, les enseignants sont déjà au travail. C'est une journée de pré-rentrée pour eux. Une journée pour partager certaines inquiétudes, notamment à propos des élèves décrocheurs. Ceux qui ne sont pas parvenus à suivre les cours à distance, le temps du confinement et pendant les quelques mois qui ont suivi, jusqu'aux vacances scolaires. Le ministre de l'Éducation promet un renforcement des évaluations en CP et CE1, classes importantes pour l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, pour faire un point sur les effets du confinement.

Jean-Michel Blanquer s'est voulu rassurant sur les effectifs. Il était dans le département de la Mayenne, en début de journée, particulièrement touché par le virus cet été. Il a assuré que les concours avaient pu avoir lieu, les recrutements aussi et que le ministère avait les moyens de remplacer les professeurs qui auraient été définis comme vulnérables par leur médecin. Pour le ministre, sauf exception, cette rentrée scolaire sera aussi normale que possible.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.