Accéder au contenu principal

France: la CFDT met en place des «points contacts» pour la rentrée des salariés

Manifestation de la CFDT contre la réfome des retraites, à Paris, le 17 décembre 2019.
Manifestation de la CFDT contre la réfome des retraites, à Paris, le 17 décembre 2019. @UDCFDTParis/Twitter
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Licenciements, activité partielle, télétravail etc., cette rentrée dans un contexte de crise sanitaire et économique est très particulière pour tous les travailleurs. Le syndicat CFDT va établir à partir de ce mardi et jusqu’à jeudi des « points contacts » dans toute la France pour permettre aux travailleurs de poser toutes leurs questions. Une manière aussi pour le syndicat de recruter de nouveaux adhérents.

Publicité

Des stands en centre-ville, dans des foires ou des zones commerciales : les militants CFDT investissent pendant trois jours 500 « points contacts » pour tenter de répondre aux multiples interrogations des travailleurs.

« Il s'agira de répondre parfois à des salariés dont l'emploi est menacé, explique Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, à qui on propose une rupture conventionnelle par exemple alors que c'est une difficulté économique, à qui on dira qu'il y a une difficulté économique et en même temps ce sera un effet d'aubaine pour justifier un licenciement pour telle ou telle raison. Il y a des salariés qui ont des interrogations sur l'exercice de leur métier avec un virus qui repart. C'est tous ces sujets-là auxquels on va répondre. »

► À écouter et lire aussi : Télétravail, le nouvel horizon de l’entreprise?

L’occasion également de sonder les travailleurs sur les conditions dans lesquelles ils reprennent le travail : « On cherche à connaître d'abord si les conditions se sont faites dans le respect des règles de protection des salariés, poursuit Laurent Berger. On cherche aussi à connaître l'état d'esprit des salariés, parce que je ne vous cache pas qu'on constate dans cette rentrée une forme de lassitude, déjà, alors qu'on est au mois de septembre; et là on sent une forme de fatigue psychologique. On veut vérifier qu'en terme de protection sanitaire, de dialogue social, les choses se passent bien pour les salariés. »

Enfin, depuis la période de confinement, les adhésions au syndicat, le premier de France depuis deux ans, se sont tassées. Avec cette opération, la CFDT entend donc démontrer son utilité. La confédération proposera deux mois d’adhésion « gratuite » avant un encartement payant. 

À lire aussi : France: les plans sociaux se mutiplient, les syndicats font leur rentrée

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.