Accéder au contenu principal

Procès des attentats de janvier 2015: première plongée dans l'enquête

La cour d'Assises spéciale de Paris, le 2 septembre 2020 (illustration).
La cour d'Assises spéciale de Paris, le 2 septembre 2020 (illustration). REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le procès des attentats de janvier 2015 est entré ce lundi 28 septembre dans sa 5e semaine. Après avoir entendu toutes les parties civiles qui souhaitaient prendre la parole, la cour d'Assises spéciale de Paris a commencé à se pencher sur les faits qui sont reprochés aux accusés. Et au vu des premiers éléments de l'enquête présentés, notamment l'étude de la téléphonie mobile, des liens se dessinent entre certains accusés et Amedy Coulibaly.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale au palais de justice de Paris, Marine de La Moissonnière

17 lignes, mais aucune à son nom. Entre septembre 2014 et janvier 2015, Amedy Coulibaly a souvent changé de numéros de téléphone, raconte une enquêtrice qui explique aussi que les personnes avec lesquelles le terroriste échangeait le plus fréquemment dans les mois qui ont précédé les attentats sont devenues en janvier, avec Chérif Kouachi, quasiment ses seuls interlocuteurs.

Or ces 4 personnes, elles sont toutes assises sur le banc des accusés. La nuit précédant l'attaque de Charlie Hebdo, Amedy Coulibaly aurait vu les 4 hommes en question, un à un. En tout cas, leurs téléphones ont borné au même endroit.

Etaient-ils au courant des plans du terroriste ? Certains devaient-ils passer à l'action avec lui ? Impossible de le dire. En tout cas, l'ADN de certains d'entre eux a été retrouvé dans la voiture utilisée par Amedy Coulibaly pour se rendre à l'Hyper Cacher, sur des armes, un casque ou bien encore un téléphone. Pour un enquêteur de la brigade criminelle, au vu de l'arsenal dont disposait Amedy Coulibaly, on peut penser qu'il ne devait pas agir seul.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.