Accéder au contenu principal

Attaque à Paris: l'assaillant au hachoir mis en examen et écroué

Le procureur de de la République Jean-François Ricard lors de son point presse sur Zaheer Hassan Mahmoud, le 29 septembre 2020.
Le procureur de de la République Jean-François Ricard lors de son point presse sur Zaheer Hassan Mahmoud, le 29 septembre 2020. AP Photo/Thibault Camus
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'assaillant au hachoir qui a blessé grièvement deux salariés de l'agence de presse Premières lignes dans les anciens locaux du journal satirique Charlie Hebdo a été mis en examen pour « tentative d'assassinat en relation avec une entreprise antiterroriste » et « association de malfaiteurs ». Le parquet national antiterroriste a demandé son placement en détention provisoire.

Publicité

L'identité et l'âge du principal suspect de l'attaque à l'arme blanche a été confirmé durant sa garde à vue. Il s'appelle Zaheer Hassan Mahmoud et a 25 ans et non pas 18 ans. Il dit venir de Kothli Kazi, un village du district agricole de Mandi, dans le Pendjab au Pakistan. Contacté par téléphone par l'AFP, Arshad Mahmoud, qui se présente comme son père, s'est dit « très heureux » et « très fier » des actes de son fils, qui a « protégé l'honneur du prophète ».

À l'issue de quatre jours de garde à vue, Zaheer Hassan Mahmoud a été présenté à un juge d'instruction qui l'a mis en examen pour « tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs » terroriste criminelle, a indiqué le parquet national antiterroriste (Pnat). Il a été placé en détention provisoire.

Il a reconnu les faits

Le jeune homme a aussi reconnu les faits. Il aurait laissé explosé sa colère après avoir regardé des vidéos en provenance du Pakistan son pays d'origine qui montraient la republication des caricatures de Mahomet par le journal Charlie Hebdo.

Selon le procureur Jean-François Ricard, certains « amis » entendus par les enquêteurs ont confirmé que l'homme « regardait abondamment ces derniers temps des vidéos de Khadim Hussain Rizvi, le fondateur et dirigeant du parti Tehreek-e-Labbaik Pakistan, dit TLP », un mouvement extrémiste pakistanais.

Pas d'allégeance à un groupe terroriste

Le procureur de la République antiterroriste a aussi rappelé l'extrême violence de cette attaque qui aurait duré de 15 à 20 secondes. Lors de ce point presse Jean-François Ricard a pu donner des nouvelles de l'état de santé des deux victimes. La femme a plusieurs plaies et fractures aux visages, l'homme quant à lui est toujours hospitalisé dans un état grave et souffre d'une fracture du crâne.

D'autre part, les enquêteurs ont pu analyser la vidéo retrouvée dans le téléphone portable de l'assaillant où il se met en scène en pleurant et en invoquant Dieu, mais il ne fait allégeance à aucun groupe terroriste en particulier, a précisé le procureur de la République.

(Avec agences)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.