Accéder au contenu principal

France: Jadot reprend son bâton de pèlerin vers la présidentielle de 2022

L'eurodéputé EELV Yannick Jadot dans un champ de betteraves à Vimy, dans les Hauts-de-France, le 30 septembre 2020.
L'eurodéputé EELV Yannick Jadot dans un champ de betteraves à Vimy, dans les Hauts-de-France, le 30 septembre 2020. FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après la poussée des écologistes aux dernières municipales, le député européen EELV (Europe-Écologie-Les Verts) veut battre à nouveau la campagne, à moins de deux ans de la présidentielle. Pour cette première sortie, il est allé à la rencontre d’agriculteurs dans les Hauts-de-France, qui se passent de néonicotinoïdes pour cultiver leurs betteraves. Une façon de dénoncer les incohérences de la politique environnementale du gouvernement qui s'apprête à réautoriser cet insecticide nocif pour les abeilles et la biodiversité.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Arras, Anthony Lattier

Yannick Jadot, les pieds dans un champ de betteraves bio. Se passer des insecticides, c’est donc possible. La preuve par l’exemple : « On n'est pas simplement contre. On est pas des "anti". Quand on combat les néonicotinoïdes, c'est évidemment du fait de leur impact sur la biodiversité et les polinisateurs. Mais c'est aussi parce qu'une agriculture sans néonicotinoïdes, ça marche aussi. »

L’eurodéputé est de retour sur le terrain après un revers au sein son parti, lui qui voulait désigner dès cette année le candidat vert à la présidentielle. Ce ne sera pas le cas. Tant pis, il se lance quand même : « La responsabilité des écologistes, c'est de prendre le pouvoir dans ce pays. Pas pour occuper le pouvoir. Pour l'exercer. Donc il faut que les écologistes soient prêts. »

« 2022, un chemin de muletier »

À vingt mois de l’échéance, Yannick Jadot entame une course de fond, optimiste : « Si vous voulez, l'avantage des Hauts-de-France comme de la Picardie, c'est qu'on voit loin. Quand je dis que 2022 est un chemin de muletier, il y a toute une partie qui est assez dégagée, finalement. Vous voyez, c'est la bonne surprise. »

L’écologiste compte multiplier les déplacements ces prochaines semaines pour, dit-il, « être en lien avec les Français ».

À écouter : Les autres partis doivent-ils courir après les écologistes?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.