Covid-19 à Mayotte: fermeture des liaisons aériennes et maritimes

Mamoudzou, chef-lieu du 101e département de France, Mayotte.
Mamoudzou, chef-lieu du 101e département de France, Mayotte. RFI/Igor Gauquelin
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Dans la foulée de la confirmation du premier cas positif au variant sud-africain à Mayotte, le préfet Jean François Colombet a annoncé une série de mesures. Outre le renforcement des mesures restrictives avec La Réunion et la métropole, fini les liaisons aériennes et maritimes de et vers l’étranger pour une durée minimum de 15 jours pour Mayotte.

Publicité

Officiellement aucun avion, aucun bateau venu de l’étranger ne pourra débarquer à Mayotte. Mais beaucoup s’inquiètent déjà des arrivées toujours fréquentes de kwassas-kwassas sur les côtes mahoraises. 

Car malgré l’opération shikandra menée par le gouvernement français au large du 101e département, les arrivées clandestines sont toujours régulières à Mayotte. Dernière exemple en date, la crise épidémique à Mohéli en début d’année. Malgré l’aide humanitaire, la tentation pour les Comoriens de venir se faire soigner à Mayotte est toujours grande.

Surtout qu’en face, aux Comores, l’épidémie du variant sud-africain, elle, se propage et touche désormais les trois îles du pays. 

La fin des vols internationaux pour une durée minimum de quinze jours va également causer du tort à bon nombre d’entrepreneurs mahorais qui achètent leurs produits à Dubai ou en Chine pour les revendre à Mayotte. Ils risquent fort d’être pénalisés après l’annonce des mesures préfectorales qui entrent en vigueur ce dimanche sur l’île au parfum.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail