France: les professionnels de la montagne poussent à la réouverture des stations en février

Télésiège à l'arrêt à la station de ski de Val d'Isère dans les Alpes, le 12 décembre.
Télésiège à l'arrêt à la station de ski de Val d'Isère dans les Alpes, le 12 décembre. AFP - JEFF PACHOUD
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les professionnels des sports d'hiver accentuent la pression sur le gouvernement pour une réouverture des remontées mécaniques lors des vacances de février 2020.

Publicité

Le Premier ministre Jean Castex doit se prononcer sur ce sujet le mercredi 20 janvier. Le PDG du Club Med, Henri Giscard d'Estaing, dans une lettre ouverte publiée dans le Journal du dimanche, exhorte l’exécutif « à sauver la montagne du désespoir » et à permettre la réouverture des stations de ski pour les vacances d'hiver, qui commencent le 6 février.

« Les sports d'hiver représentent 50% du PIB de la Savoie, et un peu moins en Haute-Savoie », rappelle-t-il par ailleurs dans un entretien au JDD, soulignant que « plus de 100 000 emplois saisonniers pourraient disparaître ». « Autoriser les stations de sport d'hiver à n'accueillir des clients qu'au début du mois de mars aurait autant de sens que l'ouverture des plages en octobre », ajoute le PDG, interrogé sur l'éventualité d'une ouverture plus tardive.

« Redonner de l’espoir »

Une réouverture des remontées mécaniques en février permettrait au secteur de survivre, estime Alexandre Maulin, président de Domaines skiables de France.

« Aujourd’hui, nous avons besoin de ça pour redonner de l’espoir, redonner du courage et permettre de survivre jusqu’à l’hiver prochain, dit-il. On se rend compte que, quand on ferme le domaine skiable, c’est moins 70% de fréquentations sur la période de Noël et du Nouvel an et derrière, c’est jusqu’à moins 80 / 85% de volume d’activité et de volume économique généré sur les stations de montagne.  Donc, c’est une perte sèche juste pour Noël et Nouvel an d’1 milliard 600 millions d’euros et autant pour le mois de janvier. »

« Rester vivre sur le territoire »

Alexandre Maulin rappelle que « les stations ont été créées il y a 70, 80 ans ». « Pendant 70 ans, on a développé un modèle pour permettre aux habitants des territoires de montagne de rester vivre sur le territoire. Aujourd’hui, ce modèle est fort, mais il est très fragile. Il ne pourra pas résister à un an sans activité qui risquerait de mettre en branle tout le territoire, parce que l’économie des stations règle les vallées », poursuit-il. 

Le président de Domaines skiables de France assure aussi que « l’économie du ski descend comme l’eau descend des vallées. Et c’est l’ensemble des territoires, des départements, des régions en montagne qui vont être très fortement attaqués dans une crise systémique ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail