Proportionnelle en France: Bayrou mobilise l'opposition

«Nous avons plus que jamais besoin, non seulement d'une représentation juste et pluraliste, mais aussi d'un changement de culture politique qui permette, entre les différents courants politiques, chaque fois que possible, dialogue et coresponsabilité», estime M. Bayrou.
«Nous avons plus que jamais besoin, non seulement d'une représentation juste et pluraliste, mais aussi d'un changement de culture politique qui permette, entre les différents courants politiques, chaque fois que possible, dialogue et coresponsabilité», estime M. Bayrou. © REUTERS/Philippe Wojazer/File Photo

C'est l'une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron : instaurer la proportionnelle aux élections législatives. Mais trois ans et demi après son élection, le chef de l'État n'a pas avancé sur le sujet. François Bayrou en a fait son cheval de bataille. Le chef du Modem, proche d'Emmanuel Macron, a lancé une offensive pour faire bouger l'Élysée. Il s'est associé à plusieurs partis d'opposition pour réclamer la proportionnelle en 2022.

Publicité

De Marine Le Pen à l'écologiste Julien Bayou en passant par le socialiste François Rebsamen jusqu'à l'insoumis Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou a contacté tous les partisans de la proportionnelle avec une idée : écrire à Emmanuel Macron pour lui rappeler sa promesse. Résultat : après le Modem, le Rassemblement national, les Verts et les centristes de l'UDI ont envoyé leur propre lettre au locataire de l'Élysée.

Bayrou passe un cap

François Bayrou passe un cap dans son combat. Sans aller jusqu'au bras de fer avec Emmanuel Macron, ce proche du chef de l'État se retrouve allié de circonstance avec une grande partie de l'opposition. Pour le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, Emmanuel Macron doit maintenant passer aux actes : « Ne pas faire voter une loi sur laquelle, en réalité, il a sans difficulté une majorité à l’Assemblée nationale serait à la fois très surprenant, décevant pour les Français qui ont cru en lui, et puis peut-être ça laisserait penser qu’il y a une question d’intérêt personnel dans cette affaire. »

Avant juin 2021

Emmanuel Macron ne pourra pas dire « non » « à la demande des partis qui représentent une majorité de Français », clame l'entourage de François Bayrou. La « porte n'est pas fermée », assure l'Élysée tout en rappelant que la priorité, c'est la lutte contre le Covid-19. Le temps presse. Pour être instaurée en 2022, la proportionnelle doit être adoptée avant le mois de juin 2021.

À lire aussi : Élections régionales en France : les casse-têtes de LaREM

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail