Covid-19: la France recommande une seule dose de vaccin pour les personnes déjà infectées

Un agent de santé reçoit une dose du vaccin AstraZeneca à l'hôpital Edouard Herriot, le 6 février 2021 à Lyon, dans le centre de la France.
Un agent de santé reçoit une dose du vaccin AstraZeneca à l'hôpital Edouard Herriot, le 6 février 2021 à Lyon, dans le centre de la France. AP - Olivier Chassignole

En France, la Haute autorité de santé (HAS) recommande une seule dose de vaccin au lieu de deux pour toutes les personnes ayant déjà été malades du Covid-19. Une première à l'échelle internationale.

Publicité

« Une seule dose » de vaccin contre le Covid-19 suffit pour les patients qui ont déjà eu la maladie, ont recommandé vendredi 12 février les autorités sanitaires françaises. « De très nombreux travaux ont montré qu’on gardait une mémoire immunitaire après l’infection, et en réalité, un vaccin chez les personnes qui ont déjà été infectées par le Covid réactive cette mémoire immunitaire, explique Matthieu Mahévas, médecin et immunologiste. On a donc maintenant quelques données qui montrent que cette mémoire immunitaire qui est réactivée par le vaccin produit des anticorps neutralisants de façon très importante chez ces patients. »

La dose unique de vaccin jouera ainsi « un rôle de rappel », explique la Haute autorité de santé dans son avis, qui doit encore recevoir l'aval du gouvernement.

Une mesure qui permettrait de surcroît d'économiser un nombre important de doses dans un contexte d'approvisionnement contraint.« C’est une décision qui va permettre aussi dans le contexte de pénurie vaccinale d’offrir la possibilité à plus de gens d’être vaccinés, souligne le médecin. Ce qui est une décision intelligente et raisonnée parce qu’on a des données déjà dans la littérature qui montrent que les anticorps neutralisants sont produits après une seule dose et que les patients qui reçoivent une seule dose, qui ont déjà été infectés par le coronavirus, ont un titre d’anticorps qui est aussi élevé que ceux qui ont reçu deux doses. Je pense que la France va être suivie par d’autres pays dans un délai assez rapide. »

L'autorité recommande d'attendre « au-delà de trois mois » après la maladie, « et de préférence six mois », avant d'injecter cette dose unique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail