Reportage

France: plan social dans une mythique librairie parisienne

À l'intérieur de l'un des magasins Gibert Jeune de Paris (image d'illustration).
À l'intérieur de l'un des magasins Gibert Jeune de Paris (image d'illustration). AFP - HUGO MATHY
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Dans le centre de Paris, une librairie mythique se prépare à fermer quatre de ses six boutiques place Saint-Michel à la mi-mars. Certaines ont plus de 100 ans. Le groupe Gibert Jeune licencie 71 vendeurs. Une disparition qui attriste de très nombreux habitués et qui n'offre que peu de perspective d'avenir aux salariés.

Publicité

De notre envoyé spécial, Théo Renaudon

Place Saint-Michel, quelques clients franchissent encore la porte d'entrée de Gibert Jeune. Parmi eux, Afsa, venue une dernière fois dans sa librairie préférée : « C’est tout un pan de ma vie qui va fermer, disparaître. J’ai commencé à venir ici à l’âge de 15 ans et j’en ai 67 ».

Remy Frey, délégué CGT, s'inquiète pour l'avenir des 71 licenciés : « Ils sont dans un secteur qui n’est pas florissant qui est celui de la librairie, qui ont une grosse ancienneté, qui ont une grosse moyenne d’âge et qui, en plus de ça, vont se retrouver au chômage dans peut-être le pire des contextes de ces dernières années, sans qu’il y ait eu véritablement une recherche du maintien de l’emploi qui soit effectuée par la direction ».

Des magasins plus petits?

Seul lot de consolation pour les syndicats : la reprise par la mairie de Paris des murs de l'une des boutiques. La direction de Gibert Jeune a de nouveaux projets, selon Olivia Polski, adjointe au maire chargée du Commerce : « Je sais qu’ils ont des objectifs pour faire des boutiques un peu plus petites. Donc, on va voir si on peut les aider à trouver d’autres lieux pour pouvoir recréer des modèles un peu différents, parce que Gilbert est victime du Covid, mais ils n’étaient pas en très grande forme déjà avant ».

Les syndicats restent méfiants vis-à-vis de ces nouvelles boutiques. « Tout ce qu'il y a de concret pour le moment, ce sont les licenciements », s'inquiète la CGT.

À lire aussi : France: une nouvelle conférence sociale en pleine deuxième vague épidémique

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail