Climat: de la promesse du «sans filtre» au débat parlementaire

Les députés entament ce lundi 8 mars en commission l'examen de l'emblématique projet de loi climat (image d'illustration).
Les députés entament ce lundi 8 mars en commission l'examen de l'emblématique projet de loi climat (image d'illustration). Bertrand GUAY / AFP

En France, le projet de loi « Climat et résilience » et celui qui doit permettre l'introduction par référendum de la protection du climat dans la Constitution sont examinés cette semaine à l'Assemblée nationale. Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, sera en première ligne pour tenter de convaincre qu'ils tiennent les promesses du chef de l'État face à la Convention citoyenne pour le climat.

Publicité

Deux et demi sur dix, c'est la moyenne que les membres de la Convention citoyenne pour le climat ont attribué aux mesures proposées par le gouvernement. Une note sévère à la hauteur de leur déception face aux espoirs qu'Emmanuel Macron avait suscités en leur promettant de transmettre « sans filtre » leurs propositions.

C'est l'histoire d'un « malentendu de base », explique une ministre pour laquelle les propositions ne pouvaient pas être écrites telles quelles dans la loi : « On en a digéré une partie, le Parlement va en digérer une autre. » 

À lire aussi : Convention citoyenne pour le climat: les «150» recalent le gouvernement

Une digestion et des arbitrages face auxquels la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a voulu rassurer en déclarant qu'elle n'accepterait « aucune baisse d'ambition ». « Maladroit », estime un membre du gouvernement quand le président de l'Assemblée Richard Ferrand rappelle que « le Parlement est souverain dans l'élaboration et le vote de la loi ».

Le travail en commission s'annonce donc compliqué d'autant qu'en parallèle va avoir lieu le débat sur le référendum proposé par Emmanuel Macron pour inscrire la protection de l'environnement dans l'article 1 de la Constitution. Un coup politique du président qui apparaît comme un piège pour l'opposition de droite.

À lire aussi : Loi «Climat et résilience» en France: insuffisante au regard de l’urgence

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail