Reportage

Covid en France: coup d'envoi de la vaccination au Stade de France

Le Stade de France en Seine-Saint-Denis a ouvert ses portes aux premières vaccinations, ce 6 avril 2021.
Le Stade de France en Seine-Saint-Denis a ouvert ses portes aux premières vaccinations, ce 6 avril 2021. REUTERS - GONZALO FUENTES

Symbole de l'accélération promise de la campagne de vaccination, le Stade de France en Seine-Saint-Denis a ouvert ses portes aux premières piqûres ce mardi 6 avril. Bilan de la première journée et premier constat : le vaccin Pfizer a été pris d'assaut au détriment de Moderna.

Publicité

Le Stade de France a donc ouvert ses portes pour la vaccination de masse et certains sont venus de loin, du département d'Eure-et-Loir par exemple, à une centaine de kilomètres de Paris. « Je viens de Chartre, je suis venu en voiture, raconte un homme. Ça fait deux semaines que je regarde en permanence et on ne trouve jamais de créneau chez nous. »

Ce sont les pompiers qui sont à la manœuvre pour la première injection. « On vaccine à la chaîne ! On nous a fait une petite formation pour apprendre la vaccination », raconte l’un d’eux.

Alors que Pfizer est pris d'assaut, la plateforme d'appel en charge de la prise des rendez-vous a vite orienté le public vers Moderna. « Nos standardistes se sont vu proposer des éléments de langage pour bien expliquer qu’il n’y avait pas de différence, que c’était la même technologie utilisée entre Pfizer et Moderna, explique Manon Daubas, en charge de la vaccination au conseil départemental de la Seine-Saint-Denis. Et surtout, pour bien rassurer les personnes que si elles étaient éligibles à Pfizer, elles sont naturellement éligibles à Moderna. Et on se rend compte qu'une fois qu’on a bien expliqué tout cela, il n’y a plus du tout de frein à la vaccination avec Moderna. »

L'objectif fixé par le département est d'atteindre les 10 000 vaccinations par semaine.

► À écouter aussi : Le vaccinodrome au Stade de France

La vaccination au Stade de France, c'est « tout un symbole », s'est félicité le Premier ministre lors d'une visite en fin d'après-midi.  Jean Castex a confirmé l'objectif de 10 millions de doses injectées d'ici la mi-avril, voire « dès la fin de la présente semaine ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail