Gel en France: Jean Castex annonce un milliard d'euros pour les agriculteurs

Le Premier ministre français Jean Castex avec un vigneron dont les vignes ont été détruites par le gel, à Montagnac dans le sud de la France, le 17 avril 2021.
Le Premier ministre français Jean Castex avec un vigneron dont les vignes ont été détruites par le gel, à Montagnac dans le sud de la France, le 17 avril 2021. AFP - SYLVAIN THOMAS

Le Premier ministre français a annoncé ce samedi 17 avril la création d'un « fonds de solidarité exceptionnel » d'un milliard d'euros pour les agriculteurs touchés par l'épisode de gel intense, qui frappe la France depuis près de deux semaines.

Publicité

« L'État doit être à la hauteur de cette catastrophe. À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Je suis venu annoncer un effort significatif de l'État à hauteur d'un milliard d'euros, car la situation le justifie », a déclaré le Premier ministre à l'issue d'une table ronde avec des représentants agricoles et des élus à Montagnac dans l'Héraut (sud) ce samedi.

Ce fonds s'ajoute à toutes les autres aides versées et se déclenche en fonction des « pertes réelles » subies, qui seront déclarées dans les mois à venir par les producteurs.

Face à cette catastrophe qui a détruit plusieurs centaines de milliers d'hectares de cultures, le Premier ministre a décliné plusieurs mesures d'urgence « qui seront rapidement déployées ». Parmi elles, le report et l'exonération de charges sociales, des dégrèvements de taxes foncières sur le non bâti (TFNB), ainsi que la mobilisation des dispositifs existants en matière d'activité partielle.

Une enveloppe d'urgence sera par ailleurs allouée « sous dix à quinze jours » aux préfets pour apporter un soutien immédiat aux exploitations les plus en difficulté.

Sur le modèle de la crise sanitaire

L'indemnisation des arboriculteurs au titre du dispositif des calamités agricoles sera portée jusqu'à 40 % pour les pertes les plus importantes. Pour les autres filières qui ne sont pas aujourd'hui couvertes par ce régime de calamités agricoles, notamment les viticulteurs, un soutien exceptionnel similaire sera mis en place.

Dans l'attente de ces aides, qui nécessitent de connaître encore l'ampleur des pertes agricoles, une aide forfaitaire basée sur la perte de chiffre d'affaires mensuel sera accordée « sur le modèle du fonds de solidarité mis en place pour la crise sanitaire ».

Ce fonds sera aussi ouvert aux entreprises en aval de ces filières et qui sont impactées par l'absence de récolte à conditionner ou à transformer, telle que la fabrication de confitures.

► À lire aussi : Année blanche pour certains arboriculteurs et viticulteurs à cause du gel

Un tiers de la production viticole détruit

Un hiver doux suivi d'un printemps très précoce, avec des températures grimpant jusqu'à 25 degrés puis chutant brutalement à moins 8 degrés durant plusieurs nuits est un événement rare et exceptionnel pour les agriculteurs et les vignerons français. L'épisode de gel qui a touche les vignes et les cultures en France notamment les 6 et 7 avril dernier a provoqué d'importantes pertes.

Un tiers de la production viticole français au moins « sera perdu » à cause du gel. Ce qui représente « à peu près deux milliards d'euros de chiffre d'affaires en moins » pour la filière, selon une première estimation du secrétaire général de la FNSEA, le plus important syndicat agricole, Jérôme Despey.

Mais pour son adjoint Hervé Lapie, agriculteur dans la Marne, le montant sera plus élevé. Arboriculteurs, viticulteurs, maraîchers, « on est tous en train de faire des expertises, parce que malheureusement le gel n’est pas terminé, explique-t-il au micro de Patricia Lecompte, du service Économie de RFI. Il gèle encore tous les matins et on constate les dégâts qui continuent à s’accentuer sur certains territoires. Je crois que le chiffre de deux milliards sera dépassé, malheureusement. Sur la partie viticole, c’est à peu près sûr qu’on va l’atteindre. » 

La moitié des fruits perdus en 2021

« Tout ce qui est arboriculture, grande culture, les petits fruits aussi, les fruits rouges vont être impactés, souligne aussi Hervé Lapie. 70 % du territoire français est touché. »

Pêches, abricots, pommes, poires... pour Bruno Darnaud, président de l'AOP pêches et abricots de France, le pays peut s'attendre à perdre cette année « la moitié » de sa production de fruits, soit un manque à gagner d'un milliard et demi d'euros.

Hervé Lapie lance un avertissement : « Il y a des dégâts qui sont constatés aujourd’hui, puis il y a ceux qui sont encore à venir. Il y a des décisions qui sont à prendre dans les exploitations agricoles. Je pense que les 3 milliards seront atteints, malheureusement, largement. »

Mesures « encore partielles »

Lors de la table ronde à Montagnac, le Premier ministre a semblé avoir entendu le message. « L'heure est grave », a-t-il insisté, précisant que ces mesures sont « encore partielles et mériteront d'être complétées », notamment dans le cadre de la révision de la politique agricole commune (PAC).

« Nous avons besoin d'une agriculture forte, c'est une question de souveraineté, de compétitivité. On va vous aider à vous relever », a promis Jean Castex. La France est le premier producteur agricole de l'Union européenne.

C’est un geste fort du gouvernement envers les sinistrés, les agriculteurs qui ont vécu ce malheureux gel et cette calamité catastrophique pour nos exploitations. Pour le moment on a aucun critère de modalité d’application donc c’est difficile de savoir le montant que va avoir chaque exploitation, mais ce qu’on sait en revanche, c’est qu’il y a des mesures fortes.

Jérôme Volle, vice-président de la FNSEA et vigneron en Ardèche.

(Et avec AFP)

 À écouter : Gel des cultures: « On a des vignes qui ressemblent à du bois mort »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail