1er-Mai en France: des milliers de manifestants dans la rue et quelques tensions

Selon la CGT 25.000 personnes ont défilé à Paris, malgré la pluie et le Covid-19, ce samedi 1er mai 2021.
Selon la CGT 25.000 personnes ont défilé à Paris, malgré la pluie et le Covid-19, ce samedi 1er mai 2021. REUTERS - GONZALO FUENTES

Ce sont des milliers de personnes qui ont défilé à travers la France à l'occasion de manifestations organisées pour le 1er-Mai à l'appel de plusieurs organisations syndicales. Les revendications étaient variées, et après un an de crise sanitaire et d'absence de manifestation, les participants étaient déterminés à vouloir faire entendre leur voix.

Publicité

Pour la deuxième année consécutive, les syndicats ont célébré la journée internationale des travailleurs à l'aune du Covid-19, avec cette fois des milliers de manifestants dans la rue, – 106 650 personnes ont manifesté samedi  dont 17 000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur, qui a dénombré 281 manifestations dans le pays. La CGT comptabilisant, elle, 150 000 manifestants sur l'ensemble du territoire.

À Paris, la manifestation s'est élancée peu après 14h de la place de la République vers celle de la Nation, les numéros un de la CGT et de FO défilant côte à côte pour la première fois depuis 2016.

Peu avant le départ de la manifestation parisienne, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a rappelé qu'il y avait eu « beaucoup de frustration  » l'an dernier avec un 1er-Mai confiné. Il s'était auparavant réjoui de reprendre les « bonnes habitudes ». Et estimé que le moment est venu pour exprimer la colère des travailleurs après une année particulièrement difficile sur le plan social.

À écouter aussi : Bernard Thibault «Il n'y a pas de précédent à la pandémie et à son impact social»

Du côté des revendications : emploi, salaires, gestion de la crise Covid par le gouvernement, restrictions des libertés... : dans les cortèges, les revendications étaient variées, la contestation de la réforme de l'assurance-chômage, qui doit entrer en vigueur le 1er juillet, revenant de façon récurrente. Des « gilets jaunes » ont pris part à plusieurs défilés, dont la manifestation parisienne.

Un déconfinement des luttes, c'était le mot d'ordre pour ce 1er-Mai à Paris. Et la colère face à une situation sociale aggravée depuis un an était présente chez les manifestants venus en nombre, malgré le froid et la pluie...

Reportage dans le cortège parisien

Tensions à Paris 

Des tensions sont rapidement apparues avec des « tentatives répétées de constitution d'un black bloc » en avant du cortège syndical qui ont longuement bloqué les manifestants, selon une source policière. Le cortège avançait de façon sporadique. Les fauteurs de trouble étaient estimés à quelques centaines. 

Plus de 5 000 policiers et gendarmes avaient été déployés dans la capitale. Ils ont fait usage de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement et procédé à 46 interpellations, 14 personnes ont été placées en garde à vue. Trois policiers ont été blessés.

À l'arrivée du cortège place de la Nation vers 18h, des affrontements se sont produits entre militants syndicalistes et certains manifestants. Les forces de l'ordre sont également intervenues avec un canon à eau pour disperser les manifestants.

À un an de la présidentielle, plusieurs responsables politiques de gauche ont pris part aux cortèges. À Lille, Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise à l'élection présidentielle, a défilé avec les siens refusant le contact avec d'autres poids lourds de la gauche et des Verts. 

À l'heure des 150 ans de la Commune de Paris, FO avait lancé la journée à Paris avec un hommage devant le mur des Fédérés du Père-Lachaise. Son numéro un, Yves Veyrier, a affirmé que son syndicat n'entendait pas « baisser la garde », malgré le contexte de pandémie.

Mettant en avant le risque sanitaire, la CFDT avait opté pour un rassemblement virtuel sur Facebook avec des militants.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail