Ehpad: une soixantaine de recommandations pour garantir la liberté des résidents

Les exemples d’atteinte aux droits fondamentaux, au respect de la dignité, mais aussi à l’intégrité des personnes résidant en Ehpad sont nombreux.
Les exemples d’atteinte aux droits fondamentaux, au respect de la dignité, mais aussi à l’intégrité des personnes résidant en Ehpad sont nombreux. RFI / Charlie Dupiot

Les droits des résidents d'Ehpad « grandement entravés » pendant la crise sanitaire, c'est ce que pointe Claire Hédon, la Défenseure des droits, dans un rapport paru ce mardi 4 mai. Elle y formule une soixantaine de recommandations pour garantir leur liberté.

Publicité

Réalisation de tests de dépistage sans consentement, maintien de restriction de sorties pendant les périodes de déconfinement, interdiction des visites pendant plusieurs semaines, et même, parfois, impossibilité pour les familles de voir leurs proches décédés, car immédiatement mis en bière.

Les exemples d’atteinte aux droits fondamentaux, au respect de la dignité, mais aussi à l’intégrité des personnes résidant en Ehpad sont nombreux. Pour preuve, sur les 900 plaintes recueillies depuis six ans et adressées à la Défenseure des droits, pour dénoncer les conditions d’accompagnement médicosocial des personnes âgées, 80 % mettent en cause ces établissements.

À écouter aussi Claire Hédon invitée de RFI : Résidents d'Ehpad: «Il faut respecter ces personnes dans leur dignité et dans leurs libertés»

Des établissements où, comme le montre le rapport, le droit à une vie privée et familiale a été beaucoup plus entravé que pour le reste de la population.

Pour veiller à la liberté des résidents, Claire Hédon a formulé une soixantaine de recommandations. Parmi elles, la nomination d’un « référent consentement », ou encore, veiller à ce que les décisions liées au renforcement des mesures sanitaires soient proportionnées et prises pour une durée déterminée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail