Cannabis récréatif en France: un rapport parlementaire prône une «légalisation régulée»

Avec 5 millions d’usagers annuels et 900000 fumeurs quotidiens, le rapport constate l’échec de la politique répressive de la France.
Avec 5 millions d’usagers annuels et 900000 fumeurs quotidiens, le rapport constate l’échec de la politique répressive de la France. AFP - THOMAS SAMSON

Le rapport sur le cannabis récréatif constitue la dernière partie du travail de la vingtaine de députés faisant partie de la commission d’information sur le cannabis, créée en janvier 2020. Les députés ont entendu des médecins, des avocats ; ils ont également étudié les législations des États (15 États américains, Canada, Uruguay…) où le cannabis récréatif est légal, le tout complété par une consultation publique, afin de produire un rapport objectif.

Publicité

Avec 5 millions d’usagers annuels et 900 000 fumeurs quotidiens, le rapport constate l’échec de la politique répressive de la France. Un échec sur la santé publique, avec une augmentation de la consommation chez les jeunes, et un échec sur la sécurité, avec une montée de la criminalité associée au trafic de cannabis.

De plus, avec un budget alloué à la police, à la gendarmerie et aux douanes, qui a quasiment doublé entre 2012 et 2018 pour atteindre plus de 1 milliard d'euros annuels, cette politique coûte cher. 

Ce rapport donne la nécessité d'une légalisation...

François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône, président de Liberté Ecologie Fraternité, et auteur d’un projet de loi de dépénalisation qui a été rejeté le 1er février

Les députés dénoncent « l'hypocrisie » des discours de fermeté

Les députés dénoncent « l'hypocrisie des discours de fermeté régulièrement tenus » et ils proposent un modèle français de légalisation, avec à la clef « une vraie politique de réduction des risques » et « la réorientation de la police vers la lutte contre les trafics et non les usagers », a déclaré Caroline Janvier, députée LaREM et rapporteure du groupe, à l’AFP.

Pour avancer sur le sujet, le rapport préconise un débat national à l'Assemblée, une convention citoyenne, voire un référendum. Mais seront-ils entendus, alors que les usagers risqueront à partir de septembre prochain une amende forfaitaire de 200 €, et qu’Emmanuel Macron a récemment exclu tout changement législatif sur le sujet.

►À lire aussi : France: des députés consultent les Français sur le cannabis «récréatif»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail