France: à son procès, Assa Traoré fait celui de la «criminalisation des victimes»

Assa Traoré et son avocat Yassine Bouzrou à Paris, le 6 mai 2021.
Assa Traoré et son avocat Yassine Bouzrou à Paris, le 6 mai 2021. AFP - THOMAS SAMSON

Le premier jour d’audience du procès pour diffamation d’Assa Traoré, figure de proue de l’antiracisme français s'est tenu ce jeudi 6 mai. Trois gendarmes l’accusent d’avoir été cités avec leurs noms et prénoms dans une tribune datant de juillet 2019. Tribune qui accuse des manquements dans l’enquête autour de la mort de son frère, Adama Traoré, décédé suite à son interpellation par ces trois gendarmes en juillet 2016. 

Publicité

Devant une salle comble, sa mère et son petit frère au premier rang, Assa Traoré le clame : « Aujourd’hui je ne devrais pas être à cette place, parce que les victimes se sont nous, la famille d’un jeune homme mort le jour de son 24e anniversaire. »

Elle n’hésite pas à citer une fois de plus les noms des gendarmes qu’elle accuse d’être à l’origine de la mort d’Adama Traoré. Car pour la défense, il n’y a pas de diffamation. « Dans notre pays, nous avons le droit d’accuser, à partir du moment où les accusations ne sont pas fantaisistes ou mensongères, explique Yassine Bouzrou, l’avocat de la famille. Nous avons des accusations précises qui se basent sur des éléments objectifs d’une procédure. »

Une procédure dont la défense montre les manquements et les biais, notamment en faisant intervenir plusieurs témoins : ils se succèdent à la barre pour parler de racisme systémique et de criminalisation des victimes.

► À lire aussi : France: début du procès d’Assa Traoré, poursuivie par les gendarmes ayant interpellé son frère

Rien qui n’ait convaincu Rodolphe Bosselut, avocat de la partie civile : « C’était un exercice militant, mais ça n’est pas l’objet du dossier aujourd’hui. C’est assez faible pour soutenir ce qui est soutenu, à savoir que les gendarmes sont des meurtriers. »

Ce vendredi, les audiences se poursuivent et l’ambiance risque d’être électrique. Assa Traoré et son collectif ont appelé à un rassemblement devant le tribunal judiciaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail