Régionales en France: Éric Dupond-Moretti sonne la charge contre Marine Le Pen

Le ministre français de la Justice Éric Dupond-Moretti (C) alors qu'il visite le terril de Loos en Gohelle, lors du lancement de la campagne électorale régionale, près de Lens, dans le nord de la France, le 8 mai 2021.
Le ministre français de la Justice Éric Dupond-Moretti (C) alors qu'il visite le terril de Loos en Gohelle, lors du lancement de la campagne électorale régionale, près de Lens, dans le nord de la France, le 8 mai 2021. AFP - FRANCOIS LO PRESTI

Une entrée en campagne tonitruante. Quelques heures après avoir annoncé qu'il serait sur la liste LaREM dans les Hauts-de-France, Éric Dupond-Moretti a fait son premier déplacement près de Lens avec un message clair : c'est bien pour combattre Marine Le Pen que le garde des Sceaux s'est engagé dans une région qui pourrait, à en croire les sondages, tomber dans l'escarcelle de l'extrême droite.

Publicité

Pas un mot ou presque sur le président sortant de la région : « Xavier Bertrand est un adversaire, il n'est pas un ennemi. En revanche, tout ce que porte Marine Le Peste, Marine Le Pen, je l'exècre », a-t-il lancé.

Dans le viseur d'Éric Dupond-Moretti, Marine le Pen et son parti qui ont fait leur fief de la région des Hauts-de-France : « Cette terre, c'est une terre de fraternité, c'est une terre d'immigration, et tout cela, voyez-vous, ça mérite mieux que la haine que diffuse et propage le Rassemblement national, plaide-t-il. Moi je ne veux pas chasser sur les terres du Front national, je veux chasser le Front national de cette terre. Parce que je crois que le Front national est dangereux, mortifère pour notre démocratie. »

À lire aussi : Régionales en France: Éric Dupond-Moretti, ministre et désormais candidat

Éric Dupont-Moretti, avocat de la démocratie et historien, exit la dédiabolisation, l'ogre des assises renvoie Marine Le Pen à l'histoire de son parti et à son père, Jean-Marie Le Pen.

« Lui qui dit qu'il est favorable à l'inégalité des races, et qui le pense, par exemple on a oublié tout ça ? Il a eu 18 ou 19 condamnations pour haine raciale, on a oublié tout ça ? Ses calembours dégueulasses "Durafour crématoire" et j'en passe et des meilleures, on a oublié tout ça ? »

Coup de com', commente-t-on dans le camp du favori des sondages, Xavier Bertrand, élu difficilement en 2015 face à Marine Le Pen.

► À écouter et lire aussi : Les régionales, le top départ pour la présidentielle!

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail