«Affaire crédit lyonnais»: reprise du procès en appel de Bernard Tapie pour «escroquerie»

L'homme d'affaires et ancien ministre Bernard Tapie (C) arrivant au palais de justice à Paris le 12 octobre 2020, le premier jour de son procès en appel pour «fraude». Le procès avait été interrompu en raison de ses problèmes de santé. Il reprend ce lundi 10 mai 2021.
L'homme d'affaires et ancien ministre Bernard Tapie (C) arrivant au palais de justice à Paris le 12 octobre 2020, le premier jour de son procès en appel pour «fraude». Le procès avait été interrompu en raison de ses problèmes de santé. Il reprend ce lundi 10 mai 2021. AFP - THOMAS SAMSON

Bernard Tapie de retour devant les juges. L'ancien ministre et homme d'affaires est jugé à partir de ce lundi 10 mai par la cour d'appel de Paris, pour « escroquerie » dans l'affaire dite « de l'arbitrage ». Un arbitrage controversé, rendu en 2008 qui visait à solder son litige avec le Crédit Lyonnais.

Publicité

Ce procès en appel avait débuté en octobre dernier, mais au bout de deux semaines de débats il avait été interrompu en raison des problèmes de santé de Bernard Tapie. Malgré le double cancer dont il souffre, l'ancien patron de l'Olympique de Marseille, âgé de 78 ans devrait être présent au tribunal ce lundi.

Selon son avocate, Bernard Tapie compte assister à un maximum d'audiences et entend bien se défendre. Déjà à l'automne dernier, il avait refusé d'être représenté par ses conseils en son absence.

Pendant un peu plus d'un mois, la cour va donc replonger dans cette affaire complexe. Bernard Tapie et ses cinq co-prévenus ont été relaxés en première instance, au pénal, en juillet 2019. Au civil, en revanche, l'arbitrage privé qui avait octroyé à Bernard Tapie 403 millions d'euros pour régler son litige avec le Crédit Lyonnais, banque alors publique, au sujet de la revente d'Adidas dans les années 90, a été annulé pour « fraude » en 2015. 

Une fraude en raison des liens « anciens et étroits » unissant l'un des juges, Bernard Tapie et son ancien avocat. La justice a estimé que l'ex-ministre avait été à la fois l'architecte et le bénéficiaire de l'arbitrage et l'a condamné à rendre l'argent.

À lire aussi : Affaire Crédit Lyonnais: Tapie condamné à rembourser 404 millions d'euros

Cette fois, Bernard Tapie risque sept ans de prison et 375 000 euros d'amende pour « escroquerie » et « détournement de fonds publics ». Lui, a toujours nié avoir « volé le contribuable ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail