Covid-19: la France veut donner un gros coup d'accélérateur à sa campagne de vaccination

Une jeune femme se fait vacciner contre le Covid-19 dans un centre de vaccination géré par les pompiers de Paris, le jeudi 6 mai 2021.
Une jeune femme se fait vacciner contre le Covid-19 dans un centre de vaccination géré par les pompiers de Paris, le jeudi 6 mai 2021. AP - Michel Euler

En France, les autorités tentent d’accélérer la campagne de vaccination contre le Covid-19. Lundi, les 50-55 ans sont devenus éligibles – 5 jours plus tôt que prévu, et à partir de ce mercredi, les centres accueilleront tous les adultes qui auront trouvé un créneau disponible la veille pour le lendemain. 

Publicité

L’objectif a été maintes fois rappelé par l’exécutif, Emmanuel Macron en tête : 20 millions de personnes doivent avoir reçu la première dose d’ici le 15 mai. Dès lors, ne pas atteindre ce cap dans les temps pourrait apparaître comme une énième déconvenue dans la gestion de la crise.

Mais au-delà, accélérer la vaccination dans les prochains jours et les prochaines semaines permettrait aussi de diminuer le risque d’un rebond épidémique, alors que l’allègement des mesures restrictives a commencé et qu’il suscite les critiques de scientifiques.

► À lire aussi : France: Jean Castex précise le calendrier du déconfinement et riposte aux critiques

Vaccination à marche forcée

À ce jour,18,5 millions de personnes ont reçu leur première dose. Au ministère de la Santé, la pression monte ; il faut éviter que le pont de l’Ascension ne fasse fléchir le rythme des injections comme les précédents week-ends et jours fériés.

Au programme donc des opérations spéciales dans des lieux touristiques avec le vaccin Janssen à une dose, organisation de nocturnes dans des centres, majoration des rémunérations pour les vaccinateurs. 

Les autorités misent sur les livraisons importantes de doses en mai et juin pour que la campagne monte en puissance. Par ailleurs, le vaccin Moderna pourra bientôt être administré par les professionnels de santé en ville et une expérimentation de ce vaccin va être menée en entreprise. Prochain objectif de l’exécutif : 30 millions de personnes doivent avoir reçu une première dose d’ici mi- juin. 

La vaccination possible dès 18 ans 

Emmanuel Macron l'a annoncé jeudi dernier à l'inauguration d'un vaccinodrome à la Porte de Versailles à Paris : à partir de ce mercredi, tous les majeurs (plus de 18 ans), sans condition d'âge et de santé, peuvent prétendre à une injection à condition cependant qu'il reste des doses disponibles.

Les centres accueilleront ceux qui auront trouvé un créneau disponible la veille pour le lendemain sur les plateformes de rendez-vous. Ainsi aucun créneau ne sera gâché.

Une opportunité qui réjouit les jeunes. Aux abords de la Porte de Versailles, dans le sud de Paris, Louise, 23 ans, étudiante en lettres modernes regarde le centre de vaccination avec envie. Elle compte s'inscrire au plus vite  pour bénéficier d'une injection afin de retrouver une vie presque normale.

« C'est vraiment une très bonne nouvelle, dit-elle. Parce qu'avec le Covid, je trouve que ça commence à être long et j'ai hâte de commencer à faire d'autres choses que de rester chez moi. Donc si me faire vacciner me permet de faire d'autres choses, ça me rend très heureuse (rires). J'ai hâte de me faire vacciner. »

Même enthousiasme chez Aline, agée d'une trentaine d'années. Pour elle, il s'agit avant tout d'éviter l'embouteillage au mois de juin à l'ouverture pour tout le monde. « Je crains un peu le rush au moment où ce sera ouvert, avoue-t-elle. Donc je mis dis autant le faire maintenant parce que je crois que les jeunes sont plus à même de se faire vacciner. » « C'est très bien, ajoute une autre jeune fille. Cela permet d'accélérer le processus et de ne pas jeter. Donc pour moi c'est logique.»

Malgré ces créneaux disponibles depuis mardi, certains ne sont pas prêts à se faire vacciner. Zoé, en faculté d'histoire, avoue ne pas être rassurée par le vaccin et n'ira pas s'inscrire : « Si c'est une obligation et que c'est le seul recours, oui, je pense que j'irai me faire vacciner, mais si non, si ce n'est pas une obligation et qu'il y a autre chose... »

Quoi qu'il en soit, plus de 10 000 créneaux devraient être disponibles chaque jour pour les personnes majeures, ce qui semble peu, mais devrait augmenter considérablement dans les prochaines semaines.  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail