Nouvelle polémique autour du port du voile en France

Stanislas Guerini. Le patron des Marcheurs (notre photo d'illustration) a donné raison à l'élu du Rassemblement national, Jordan Bardella, qui a dénoncé une candidate LREM voilée.
Stanislas Guerini. Le patron des Marcheurs (notre photo d'illustration) a donné raison à l'élu du Rassemblement national, Jordan Bardella, qui a dénoncé une candidate LREM voilée. REUTERS/Stephane Mahe

Sous la pression du Rassemblement national (RN), La République en marche (LREM) pourrait retirer son investiture à l'une de ses candidates aux élections départementales dans l'Hérault. Celle-ci figurait sur une affiche de campagne avec son voile. Mais ce revirement a provoqué des critiques au sein même du parti présidentiel dont les responsables ont passé la journée à tenter d'éteindre l'incendie.

Publicité

C'est un tweet qui a mis le feu aux poudres. Le patron des Marcheurs, Stanislas Guerini, donne raison à l'élu Rassemblement national, Jordan Bardella, qui dénonce la candidate LREM voilée, Sarah Zemmahi.

« Un faux pas » reconnaît le porte-parole de la République en Marche à l'Assemblée nationale, Pieyre-Alexandre Anglade : « C’était une erreur, il l’a reconnue lui-même. Et sur le fond du sujet qui est en fait le plus important, à savoir si notre mouvement politique à vocation à proposer des candidats portant un signe religieux, quelle que soit la religion, ma conviction personnelle est encore une fois que lorsqu’on se présente à une élection, on ne porte pas de signe religieux ».

Discrimination ?

Non sur la forme, mais oui sur le fond. Mais pour quelques députés de la majorité, écarter une candidate parce qu'elle est voilée relève de la discrimination. D'autres préfèrent laisser fonctionner la démocratie comme Bruno Questel : « Sur le fond, cela ne me dérange pas. Je considère que c’est aux électrices et aux électeurs de faire leur choix ».

Des dissensions dans lesquelles s'engouffre l'opposition? dont la députée Les Républicains (LR) Constance Le Grip : « Il me semblait que nous devions tous, députés de la République, nous retrouver sans ambiguïté sur le respect scrupuleux de la laïcité ».

Ambiguïté

Une ambiguïté qui risque pourtant de perdurer : Stanislas Guerini a annoncé dans la soirée sa décision de retirer son investiture à la candidate portant le voile, sauf si les documents de campagne et donc les affiches étaient modifiés, sans toutefois préciser de quelle manière.

À lire aussi : Loi «séparatisme»: vote solennel à venir au Parlement français

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail