reportage

France: premier meeting de Jean-Luc Mélenchon à un an de la présidentielle

Jean-Luc Mélenchon lors de son premier meeting à Aubin, à 1 an de l'élection présidentielle.
Jean-Luc Mélenchon lors de son premier meeting à Aubin, à 1 an de l'élection présidentielle. AFP - LIONEL BONAVENTURE

Jean Luc Mélenchon a tenu son premier meeting de campagne présidentielle dans l’Aveyron ce dimanche 16 mai. L’occasion pour le leader des Insoumis de mesurer sa capacité de mobilisation à moins d’un an du scrutin. Les militants ont répondu présents à l’appel du député pour qui cette élection pourrait être sa dernière grande bataille électorale.

Publicité

Avec Aurélien Devernoix, du service Politique 

Les longues heures de petite route et la pluie battante n’ont pas eu raison de la motivation des Insoumis. Ils sont près de 800 à se bousculer pour voir leur candidat dans le bastion ouvrier d’Aubin.

« Il est toujours extraordinaire. Si on est là, par ce temps-là, en venant de loin, c’est qu’on est optimistes sur la campagne », raconte Joëlle, venue du Béarn, à plusieurs centaines de kilomètres de là.

« C'est un leader, mais c’est aussi quelqu’un qui est accompagné et qui est aidé et soutenu par des gens, comme Adrien QuatennensCaroline Fiat, Alexis Corbière… », ajoute Jean Pierre à ses côtés. Il mise aussi sur l’équipe qu’a su constituer Jean Luc Mélenchon pour porter la France insoumise à la victoire.

Pas de petits arrangements avec le reste de la gauche

Le leader des Insoumis ne s’en cache pas : cette présidentielle pourrait être sa dernière et la relève se prépare. Mais il y a tout d’abord une élection à gagner : « Ne comptez pas sur moi pour faiblir ! Si vous votez pour ce programme, il sera appliqué du début jusqu’à la fin ! »

Devant la scène et les propos de Mélenchon, Jonas, venu de Bordeaux, est conquis : « C’est un réel espoir en fait. C’est une lueur d’espoir pour la suite et on va gagner… On n’a pas le choix, il faut gagner en 2022 ! »

Mais Jean Luc Mélenchon l’a encore répété, pas question de petits arrangements avec le reste de la gauche. Si l’union doit se faire, ce sera derrière son programme, son projet et cela va sans dire, sa personne. La partie est loin d’être terminée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail