Reportage

France: les psychologues dans la rue pour dénoncer un manque de considération de leur profession

Les psychologues dénoncent un manque de considération de leur profession et alertent sur la dégradation des soins aux patients, alors qu’ils ont été mobilisés pendant la crise du Covid (image: hôpital Saint-Joseph à Paris).
Les psychologues dénoncent un manque de considération de leur profession et alertent sur la dégradation des soins aux patients, alors qu’ils ont été mobilisés pendant la crise du Covid (image: hôpital Saint-Joseph à Paris). RFI/Murielle Paradon

Les psychologues défilaient ce jeudi 10 juin dans plusieurs grandes villes de France pour dénoncer un manque de considération de leur profession et alerter sur la dégradation des soins aux patients. Reportage dans le cortège parisien, devant le ministère de la Santé.

Publicité

Comme Mounia, plusieurs centaines de manifestants s'étaient rassemblés ce jeudi sous un soleil de plomb devant le ministère de la Santé. Pédopsychiatre depuis 40 ans, elle déplore une véritable dégradation des conditions d'accueil de ses patients, mais aussi une ingérence dans ses pratiques professionnelles : « On est en train de dire aux psychologues : vous allez travailler de telle manière et pas d’une autre. C’est de l’ingérence comme on n’a jamais vu dans les pratiques de soins. Un lieu de soins, c’est un lieu d’émancipation, on accueille des adultes, des enfants, pour qu’ils se dégagent de ce qui les contraint comme symptômes, pour trouver leur place dans le monde. Là, aujourd’hui, ce dont on se soucie, c’est de remettre sur les rails les productifs et de dégager les autres. » 

► À écouter aussi : Covid: notre santé mentale va-t-elle résister ?

Autres revendications des manifestants : les conditions de travail toujours plus dégradées et le manque de reconnaissance de la profession.

« Dans notre hôpital, comme énormément de collègues, on a été mobilisés pendant la crise du Covid, et on n’a aucune reconnaissance de notre métier, ni salariale, ni du gouvernement, raconte Éliane, 47 ans, qui exerce à l'APHP. On est des professionnels diplômés d’au moins cinq ans d’études universitaires. A l’hôpital, on commence à 1 470 euros nets… »

Au total, une quarantaine de rassemblements ont eu lieu dans toute la France. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail