Affaire Adama Traoré: son frère Bagui jugé lors du procès des émeutes urbaines de juillet 2016

Au tribunal de Pontoise le 21 juin 2021, Assa Traoré vient soutenir son frère Bagui, jugé pour tentative de meurtre sur des gendarmes dans le procès des émeutes de Beaumont qui ont suivi la mort de leur frère Adama en 2016.
Au tribunal de Pontoise le 21 juin 2021, Assa Traoré vient soutenir son frère Bagui, jugé pour tentative de meurtre sur des gendarmes dans le procès des émeutes de Beaumont qui ont suivi la mort de leur frère Adama en 2016. AFP - ALAIN JOCARD

Des dizaines de gendarmes sur les bancs des parties civiles. Une femme et quatre hommes sur ceux des accusés. Parmi eux, Bagui Traoré, le frère d'Adama. Ils comparaissent jusqu'au 9 juillet aux assises pour tentative de meurtre sur des gendarmes. Récit de la première journée d'audience au tribunal de Pontoise, lundi 21 juin.

Publicité

Avec Pierre Olivier, du service France

Devant le tribunal de Pontoise, ils sont une vingtaine tout au plus à être venus soutenir Bagui Traoré. Au cours de cette première journée d'audience, aucune tension n'a été observée aux abords du tribunal sous haute surveillance policière.

Un peu plus de tension, en revanche, dans la salle d'audience. Le directeur d'enquête, qui était entendu ce lundi, n'était pas physiquement présent, mais en visioconférence et avec une mauvaise qualité audio depuis Saint-Malo. « Une atteinte au principe de l'oralité des débats », a tonné l'avocat de Bagui Traoré, Frank Berton.

Le 19 juillet 2016, Adama Traoré, le frère de Bagui était retrouvé mort dans la gendarmerie de Persan après une course poursuite avec les forces de l'ordre. S'en étaient suivies trois nuits d'émeutes dans le Val d'Oise au cours desquelles une dizaine de gendarmes avaient été légèrement blessés par armes à feu.

► À lire aussi : France: procès des violences urbaines ayant suivi la mort d'Adama Traoré

« La vraie victime ici, c'est Bagui Traoré »

La sœur de Bagui, Assa Traoré, était, quant à elle, bien présente pour soutenir son frère. « Aujourd'hui, nous demandons à ce que mon frère soit complètement relaxé, que la France entière puisse voit l'acharnement que ma famille subit depuis cinq ans. Nous avons des gendarmes qui se positionnent en victimes, en disant qu'ils ont été blessés. La vraie victime ici, c'est Bagui Traoré.  Les vraies victimes ici, ce sont [les membres de la] famille Traoré. Les vraies victimes ici, ce ne sont pas les gendarmes. »

Ce mardi, Assa Traoré sera entendue comme témoin par la cour d'assises.

Trois nuits d'émeutes en 2016

Cinq personnes dont Bagui Traoré, donneur d'ordres présumé et frère d'Adama Traoré, comparaissent aux assises pour des tirs d'armes à feu au cours des affrontements de rue de juillet 2016 dans les communes de Persan et Beaumont-sur-Oise situées à une trentaine de kilomètres au nord de Paris. Les accusés encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

Le 19 juillet 2016, la mort,dans la cour de la caserne de Persan, d'Adama Traoré, jeune homme noir de 24 ans arrêté quelques heures auparavant par les gendarmes, est annoncée à sa famille. La nouvelle met le feu aux poudres et entraîne plusieurs nuits d'émeutes.

► À lire également : Mort d'Adama Traoré: une nouvelle expertise met en cause les gendarmes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail